Les paroles du successeur de Jean-Claude Trichet à la tête de la Banque centrale européenne sont les plus attendues par les marchés. Franchira-t-il le pas historique en impliquant son institution indépendante dans le financement des Etats de la zone euro? Arrivé à Bruxelles, Mario Draghi a aussitôt rejoint Herman Van Rompuy, Angela Merkel, Nicolas Sarkozy et Christine Lagarde, la patronne du FMI. Le président de la BCE avait un peu plus tôt douché les espoirs d’un tandem FMI/BCE en déclarant qu’il serait «très difficile» de prêter à une institution dont sa banque n’est pas membre. Reste deux hypothèses: l’amplification par la BCE de ses achats de dettes souveraines sur le marché secondaire, déjà très controversé. Ou, saut plus grand, l’octroi de liquidités au futur Mécanisme permanent de stabilité, qui serait doté d’une licence bancaire.