Fin janvier, la Suisse dévoilait la mise en œuvre d’un mécanisme de paiement qui permet aux entreprises de vendre à l’Iran des biens humanitaires non soumis aux sanctions américaines. La première livraison concernait des médicaments contre le cancer et d’autres nécessaires lors de transplantations d’organes. A Téhéran, l’ambassadeur suisse Markus Leitner décrit les perspectives qu’ouvre ce «canal suisse».

Le Temps: Il y a deux semaines, vous ouvriez ici même les premiers colis de médicaments provenant de Suisse grâce à ce nouveau canal. Où en est-on aujourd’hui?