Estimant que «lannonce de l’ouverture d’une enquête (...) est une initiative bienvenue», l’émissaire de l’ONU pour le Mali, El-Ghassim Wane, a réclamé jeudi aux autorités maliennes un accès «impératif» à la localité de Moura (centre) où l’armée malienne est accusée d’un massacre fin mars de plusieurs centaines de civils. La mission Minusma de l’ONU «a cherché à accéder à la zone et a pu effectuer un survol de reconnaissance le 3 avril», a-t-il dit au Conseil de sécurité. Mais «lautorisation de déploiement d’une mission intégrée n’a, jusqu’à présent, pas été autorisée».

Alors que des témoignages font état de l’exécution en masse de civils par des soldats maliens et des combattants étrangers à Moura (centre), la justice militaire malienne était pressée par la communauté internationale. Elle a annoncé, mercredi soir, l’ouverture d’investigations sur ces récents événements.

A la suite des «allégations d’exactions présumées commises sur des civils […], des enquêtes ont été ouvertes par la gendarmerie nationale sur instructions du ministère de la Défense et des Anciens combattants pour mener des investigations approfondies afin de faire toute la lumière sur ces allégations», a écrit dans un communiqué le procureur auprès du tribunal militaire de Mopti, grande ville proche de Moura.

Lire aussi: Au Mali, l’armée et des mercenaires russes sont accusés d’un massacre de civils

Le procureur se rendra «très prochainement» sur place avec des enquêteurs et un médecin légiste, ajoute le communiqué.

Le «pire épisode d’atrocités» depuis 2012, selon HRW

Les autorités dominées par les militaires arrivés au pouvoir par la force en 2020 étaient pressées de maintes parts d’ouvrir une enquête indépendante sur les faits survenus entre le 27 et le 31 mars à Moura, dans une région qui est l’un des principaux foyers des violences sahéliennes.

L’armée malienne et des témoins interrogés par la presse et l’ONG Human Rights Watch (HRW) offrent des versions diamétralement opposées.

L’armée dit avoir «neutralisé» 203 djihadistes lors d’une opération d’envergure. Les témoins cités rapportent une masse d’exécutions sommaires de civils, des viols et des actes de pillage commis par des soldats maliens et des combattants étrangers présumés être des Russes.

HRW affirme que 300 civils, dont certains soupçonnés d’être des djihadistes, ont été exécutés, et parle du «pire épisode d’atrocités» commises depuis le déchaînement des violences au Mali en 2012.

Lire encore: Attaques de l’Etat islamique au Mali: «C’est un véritable massacre, délibéré»

L’ONU demande «un accès sans entrave» à ses experts

Mercredi, l’expert indépendant de l’ONU sur les droits de l’homme au Mali, Alioune Tine, a mêlé sa voix à celles de la France, des Etats-Unis, de l’Union européenne ou encore de la Commission malienne des droits de l’homme pour demander une enquête.

Le porte-parole de l’ONU Stéphane Dujarric a indiqué, devant la presse à New York, que les Nations unies avaient ouvert une enquête et que les experts de la Mission onusienne au Mali (Minusma) cherchaient à se rendre sur le site «le plus rapidement possible». Un tel déplacement est soumis au bon vouloir des autorités maliennes. Le communiqué du tribunal militaire de Mopti ne dit rien concernant l’éventualité que ses investigations associent des enquêteurs non-maliens.

L’expert onusien Alioune Tine a exhorté, dans un communiqué, les autorités maliennes à «accorder un accès sans entrave à la Division des droits de l’homme afin qu’elle puisse mener une enquête approfondie». «Compte tenu des graves allégations de crimes de masse, je demande aux autorités maliennes de mener dans les meilleurs délais une enquête approfondie, indépendante, impartiale et efficace», a dit Alioune Tine. Les conclusions de ces investigations devront être rendues publiques, a-t-il ajouté.

Les exactions restent impunies, selon les défenseurs des droits

En 2021, des enquêteurs de la Division des droits de l’homme de la Minusma s’étaient rendus sur le site d’une frappe de la force anti-djihadiste française Barkhane à Bounti (centre) le 3 janvier. Leur rapport avait conclu en mars suivant à la mort de 19 civils réunis pour célébrer un mariage, et pas seulement des djihadistes comme Paris l’a toujours maintenu.

A ce sujet: Frappe meurtrière au Mali: l’ONU remet en question la version française

L’armée malienne, comme d’autres au Sahel, est régulièrement accusée d’exactions. L’armée assure enquêter chaque fois qu’il y a lieu. Mais les défenseurs des droits dénoncent constamment le fait que de tels agissements restent impunis.

Les événements de Moura ont pour toile de fond la reconfiguration en cours depuis que la junte s’est détournée de la France et de ses alliés européens, et tournée vers la Russie pour reprendre le terrain perdu aux djihadistes depuis 2012.