La Ligue de Matteo Salvini a déposé vendredi au Sénat une motion de défiance contre le gouvernement de Giuseppe Conte. Le chef de la formation d’extrême droite, déjà au pouvoir avec le Mouvement 5 étoiles (M5S), vise des élections anticipées au plus vite. Prétextant de «fortes différences de points de vue» avec son partenaire, l’actuel ministre italien de l’Intérieur aspire à avoir seul les «pleins pouvoirs» en capitalisant des intentions de vote qui frôlent cet été les 40%. Ses paroles rappellent à certains un discours tenu en 1922 par Benito Mussolini, quelques jours après être devenu président du Conseil des ministres.

Une motion du Mouvement 5 étoiles contre la ligne ferroviaire Lyon-Turin, bien que rejetée par les sénateurs cette semaine, a été pour Matteo Salvini le refus de trop. «Les Italiens ont besoin de certitudes et d’un gouvernement en action, non de "Monsieur Non"», a dénoncé jeudi une note de la Ligue, ouvrant formellement la crise politique après une rencontre entre son secrétaire fédéral et le président du Conseil. Outre ce chantier bloqué, le ministre de l’Intérieur supporte également très mal l’opposition du M5S à une plus grande autonomie, réclamée par référendum, de la Lombardie et de la Vénétie, dirigées par la Ligue.