L’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi en témoigne: prendre la plume contre Mohammed ben Salmane (MBS) peut entraîner la mort. Et prendre un verre avec lui pourrait mener à se faire espionner. Les révélations du quotidien britannique The Guardian ont été jugées suffisamment inquiétantes par deux rapporteurs spéciaux du Haut-Commissariat aux droits de l’homme des Nations unies pour demander mercredi l’ouverture d’une enquête.

Lire aussi: MBS, le prince héritier qui chancelle