Un mea culpa certes modeste, mais un mea culpa quand même. Plongée depuis deux semaines dans la controverse, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a reconnu des erreurs mercredi devant le Parlement et admis que l’UE n’était pas «tout à fait où elle devrait être» dans le rythme de vaccination. Alors qu’elle a fixé un objectif de vaccination de 70% de la population adulte de l’UE d’ici à l’été, les Etats membres se situent loin derrière Israël, les Etats-Unis et le Royaume-Uni – avec 17 millions de personnes vaccinées pour le bloc, contre plus de 12 millions rien qu’au Royaume-Uni.