D’Emmanuel Macron à Antonio Guterres, de Tedros Adhanom Ghebreyesus à Xi Jinping: en 2020, ils ont tous insisté pour que les vaccins anti-Covid-19 soient des «biens publics mondiaux». Près d’un an après le début de la pandémie, le chemin vers la sortie de la plus grave crise sanitaire internationale depuis 1918 n’est pourtant plus pavé d’aussi bonnes intentions. Les pays développés se sont approprié une bonne partie des doses de vaccins disponibles. Est-ce dire que le mécanisme multilatéral COVAX, initiative mondiale visant à assurer un accès rapide et équitable aux vaccins anti-Covid-19, co-dirigé par la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), l’Alliance du vaccin (GAVI) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), est un échec?

Lire aussi: La difficile distribution équitable des vaccins