enquête

La médiatisation du terrorisme pousse certains déséquilibrés à passer à l'acte

Selon les services de renseignement en France, un tiers des personnes impliquées dans une action terroriste entre 2010 et 2016 souffraient de «failles psychologiques», alors que les ressorts des «vrais» djihadistes sont d’abord politiques

La médiatisation du terrorisme pousse à l’action des malades mentaux ou des sujets aux personnalités fragiles. Au cours des dernières années des attaques semblant improvisées, souvent menées à coups de couteau ou avec des véhicules, ont été menées par des hommes n’ayant aucun rapport avec la mouvance djihadiste mais souffrant de troubles mentaux ou de désordres psychiques plus ou moins graves.

Une étude de la DGSI (Services de renseignements intérieurs français) révèle que de 2010 à 2016 sur les 71 personnes impliquées dans une action terroriste en France, 30% souffraient de «failles psychologiques».

«Ils veulent faire la Une des journaux»

C’est ce que le psychiatre Marc Sageman, ancien agent de la CIA au Pakistan, aujourd’hui expert auprès de la justice américaine dans de nombreux procès de djihadistes, appelle «l’effet copycat». «Les comportements terroristes sont médiatisés et ces gars qui ont des problèmes psychiatriques se disent «pourquoi je ne le ferais pas», explique-t-il. Ils ne sont en rien radicalisés, mais les terroristes font la Une des journaux et eux veulent faire la même chose.»

Lire également: «On va se faire exploser en Suisse!»

«Je pense à ce Japonais qui voulait se suicider, en 2005», poursuit-il. «Il a lu dans les journaux sur les attentats de Londres qui ont fait 52 morts. Il a tenté de construire une veste explosive pour se faire sauter dans le métro. C’était sa forme de suicide. Sa veste n’a pas fonctionné, il a été arrêté par la police qui lui a demandé pourquoi il a fait ça. Il a répondu: «Je l’ai vu dans le journal.»

La dimension psychologique du passage à l’acte

Après avoir étudié les trajectoires de centaines de membres du réseau Al Qaïda, Marc Sageman conclut: «mon échantillon montre qu’ils sont en meilleure santé mentale que la population générale. Les gens qui passent à l’action pour les imiter n’ont pas de problèmes politiques mais des troubles mentaux divers. Il faut faire attention: confondre les types comme ça avec les vrais terroristes, c’est se condamner à ne rien comprendre», dit-il.

Le crime politico-religieux ne détient pas le monopole de la «folie»

Note confidentielle des services de renseignement français

Une note confidentielle de l’Unité de coordination de la lutte antiterroriste (Uclat) en France datée d’octobre 2017, révélée la semaine dernière par Le Figaro, pose ainsi la question: «Les terroristes sont-ils fous?»

«La question n’est pas tant de définir une psychopathologie du terroriste, laquelle est introuvable, que de noter que la radicalisation joue aussi sur un faisceau d’affects que l’on retrouve bien sûr chez d’autres jeunes au comportement suicidaire (comme les lycéens américains qui font un massacre dans leur établissement et se suicident après)», écrivent les experts de l’Uclat.

Lire aussi: Islam et délinquance, l’explosion française

La note conclut: «le crime politico-religieux ne détient pas le monopole de la «folie». La dimension psychologique du passage à l’acte est manifeste aussi bien de la part d’auteurs d’actes terroristes que d’auteurs d’infractions de droit commun, les deux présentant souvent un profil commun».

L’attentat de Nice était-il un acte djihadiste?

Certains auteurs de massacres, même quand ils ont été revendiqués par le groupe djihadiste État islamique (EI), resteront sans doute à jamais des mystères. Ainsi, moins d’un an après la tuerie de Las Vegas au cours de laquelle il a tué 58 personnes depuis sa chambre d’hôtel, rien n’a pour l’instant permis de comprendre les motivations du tireur, Stephen Craig Paddock, un retraité sans histoires.

Lire également: «Terrorisme» ou les multiples vies d’un mot

«J’ai dit plusieurs fois que le massacre de Nice» (86 personnes tuées en juillet 2016 par un Tunisien de 31 ans fonçant dans la foule avec un camion) ne relevait pas du djihadisme» confiait récemment à l’AFP Farhad Khosrokhavar, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS).

«J’ai souligné que son auteur avait des problèmes mentaux énormes, mais personne ne vous écoute», poursuit-il. «Il y a des moments où les sociétés sont aveuglées. Et elles font du coup le jeu de Daech. C’est un jeu de dupes que tout le monde joue, en toute sincérité».

Publicité