Jacques Servier n’est plus là pour contempler l’ampleur du désastre humain et sanitaire que ses laboratoires – la maison mère et cinq sociétés – ont provoqué en France. Décédé en avril 2014 à 92 ans, quatre ans après la publication du livre Mediator 150 mg: combien de morts? de la pneumologue Irène Frachon, le fondateur des laboratoires Servier était évidemment dans toutes les têtes lorsque les juges du Tribunal correctionnel de Paris ont, lundi matin, reconnu coupable l’entreprise de «tromperie aggravée» et «homicides et blessures involontaires».

Lire aussi: La Suisse avait prévenu des dangers du Mediator