France

Mélenchon, les écrans de la colère

Remue-ménage «insoumis» dans le paysage médiatique français. Une télévision citoyenne sera lancée mercredi sur le web. Tandis que Jean-Luc Mélenchon peaufine la future chaîne YouTube de son mouvement

Deux écrans pour un même message. Ou, du moins, pour une même approche «insoumise» de l’actualité hexagonale, alors qu’une nouvelle journée de protestation sociale est prévue ce mardi. Ce mercredi, le très médiatique psychanalyste Gérard Miller, longtemps chroniqueur de Libération, lance Le Média, une téléweb alternative sous la forme d’une «coopérative indépendante, pluraliste, humaniste, écologiste, antiraciste et féministe».

Et dans les jours qui suivent, Jean-Luc Mélenchon suivra avec sa «chaîne de propagande politique» de La France insoumise, dans laquelle viendra s’insérer sa propre chaîne YouTube suivie par plus de 150 000 abonnés. Dans les deux cas, une cible identique: le libéralisme ambiant du début de quinquennat Macron. «Citoyen, cela veut dire quelque chose, argumentait vendredi Gérard Miller sur France Info. Et je ne vois pas, pour le moment, cette notion reflétée dans les réformes de ce gouvernement.»

Lire aussi notre éditorial:  «Dégagisme» médiatique

Court-circuiter les chaînes traditionnelles

L’appétit télévisuel de la gauche radicale française n’a rien de surprenant. Au fil de la campagne présidentielle, son candidat s’était imposé comme le meilleur sur les médias sociaux et auprès des jeunes… face à Emmanuel Macron et à son mouvement En marche. Cinq mois plus tard, revoici donc les deux principaux protagonistes de la bataille des images et des slogans, prêts pour l’affrontement.

Début juillet, les responsables de La République en marche – le parti majoritaire créé lors des législatives pour succéder au mouvement présidentiel – annonçaient leur intention de créer un média capable de développer «ses propres contenus», en court-circuitant les chaînes traditionnelles. L’offensive de Gérard Miller et de La France insoumise, qui diffuseront tous deux leurs émissions sans publicité, en se finançant uniquement via la générosité des internautes, ressemble donc à une frappe préventive. Une façon aussi d’échapper, pour ce camp politique, aux chaînes d’information continue contrôlées par de grands groupes que sont CNews (Bolloré, propriétaire de Cana +), BFM TV (Drahi, propriétaire de SFR et de nombreux journaux) et LCI (Bouygues, propriétaire de TF1).

Il y a, en France, un besoin d’oxygène dans la presse. C’est la raison de notre succès

Un responsable du «Monde diplomatique»

Une infographie résume d’ailleurs l’ambition de Gérard Miller, qui veut offrir une alternative aux médias traditionnels en invitant sur les écrans de son futur «média» des personnalités aussi diverses que les acteurs Josiane Balasko et Gérard Jugnot, le «sniper» télévisuel Laurent Baffie ou l’ex-rédactrice en cheffe de L’Obs Aude Lancelin, auteure du Monde libre, un vigoureux essai anti-élites médiatiques récompensé par le Prix Renaudot 2016. Cette infographie publiée par Le Monde diplomatique montre les propriétaires de la presse française, dont 90% des publications et des «tuyaux» sont possédés par une dizaine d’entrepreneurs souvent proches des pouvoirs successifs (tel l’avionneur Serge Dassault, propriétaire du Figaro).

«Il y a, en France, un besoin d’oxygène dans la presse. C’est la raison de notre succès», expliquaient ce dimanche lors d’un débat les responsables du Monde diplo aux Rendez-vous de l’histoire de Blois. Question: comment la traduire dans les faits? Le Média de Gérard Miller, dont la programmation sera rendue publique mercredi, prévoit un JT quotidien en soirée. Sa rédaction «indépendante» sera dirigée par Aude Rossigneux, une ex-collaboratrice de la populaire émission Mots croisés. Avec la volonté de mettre l’accent sur les «expériences positives et alternatives qui font l’autre France, celle qui est fâchée, mais qui n’est pas facho».

Registre de la colère

Ces «fâchés pas fachos» sont justement la cible de Jean-Luc Mélenchon qui, pour sa part, entend rester dans le registre de la colère. Vendredi dernier, le député de Marseille a de nouveau provoqué un vif débat en refusant de participer à une commission sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie (où un référendum d’autodétermination aura lieu fin 2018) présidée… par l’ancien premier ministre socialiste Manuel Valls. Motif: les attaques de celui-ci contre les positions selon lui équivoques de La France insoumise sur l’islam radical.

Autre preuve du lien entre les deux opérations médiatiques, Sophia Chikirou, stratège médiatique du candidat Mélenchon et de son mouvement, codirigera la future webtélé aux côtés de Gérard Miller, tout en continuant de conseiller l’ex-présidentiable. Mieux: sur les quelque 40 000 signatures recueillies pour Le Média sur le site Change.org, beaucoup sont aussi des abonnés à la chaîne YouTube de Mélenchon.

L’élection de Macron a ouvert une brèche que la crise des médias traditionnels accentue

Et les autres forces politiques? Florian Philippot, désormais parti du Front national, revendique 20 000 abonnés pour sa propre chaîne YouTube. Pas terrible. L’Elysée d’Emmanuel Macron n’a pas confirmé l’irruption médiatique de ses «marcheurs», même si un journaliste audiovisuel, Bruno Roger-Petit, a été nommé porte-parole de la présidence chargé «d’amplifier» la parole du chef de l’Etat. Seule une chaîne YouTube regroupant les interventions des députés de la majorité fonctionne. Le Parti socialiste est aux abonnés absents. Les Républicains misent avant tout sur la presse de droite.

«L’élection de Macron a ouvert une brèche que la crise des médias traditionnels accentue, explique une future collaboratrice de la webtélé citoyenne. Les Français veulent du neuf. Et pas seulement en politique.»

Publicité