En réinstaurant le port du masque dans les zones à risque même pour les personnes vaccinées et en n’écartant pas une obligation de vaccination pour les employés de l’Etat fédéral, avant de nouvelles annonces prévues jeudi, les Etats-Unis ont nettement durci le ton mardi face à la propagation du variant Delta.

«Nous avons vu une augmentation de la vaccination ces derniers jours mais nous devons faire mieux. Jeudi, je présenterai de nouvelles étapes dans notre effort pour que plus d’Américains se fassent vacciner», a fait savoir Joe Biden dans un communiqué.

Le président démocrate a, par ailleurs, indiqué qu’une vaccination anti-Covid obligatoire pour les employés de l’Etat fédéral était « à l’étude », s’exprimant en marge d’un déplacement mardi. Selon les autorités américaines, 2,1 millions de personnes seraient potentiellement concernées, si l’on s’en tient au personnel civil.

Une directive levée en mai

«Dans les zones où la transmission (du Covid-19) est importante, les CDC recommandent aux personnes entièrement vaccinées de porter des masques dans les lieux publics en intérieur», a déclaré Rochelle Walensky, directrice des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), affirmant que le variant Delta rendait nécessaire cette consigne. Si la vaccination reste efficace face au variant Delta, de nouvelles données «indiquent qu’en de rares occasions, des personnes vaccinées […] pourraient être contagieuses et transmettre le virus à d’autres», a-t-elle ajouté. «Ces nouvelles découvertes sont inquiétantes et justifient malheureusement une mise à jour de notre recommandation.»

Lire aussi: Un super-anticorps monoclonal pour répondre aux futurs variants du SARS-CoV-2?

Pour freiner la propagation du variant Delta, les CDC recommanderont également aux écoles de demander aux professeurs, étudiants ou visiteurs de porter le masque, qu’ils soient vaccinés ou non. «On ne reviendra pas en arrière», a réagi l’ancien président Donald Trump dans la soirée. «On ne fera pas porter de masques à nos enfants.»

Les CDC défendaient encore la semaine dernière leur recommandation de mai, selon laquelle les personnes vaccinées n’avaient pas besoin de porter le masque en intérieur dans la plupart des circonstances, avec certaines exceptions notamment dans les transports publics et les hôpitaux. Mais le variant Delta, qui compte désormais pour environ 90% des nouveaux cas aux Etats-Unis, a changé la donne. Près de la moitié (49%) de la population américaine est vaccinée mais les différences sont grandes entre les régions. La dernière moyenne quotidienne pondérée sur sept jours est supérieure à 56 000 cas, ce qui est proche des niveaux d’avril.

«Cela ne signifie pas que la qualité ou le niveau de protection du vaccin a baissé», a déclaré à l’AFP Eric Cioe-Pena, expert en santé publique à Northwell Health. «C’est une solution à un problème qui existe parce que nous avons un niveau élevé de personnes qui ne sont pas vaccinées.»

Une charge virale 1 000 fois plus importante

Certains experts ont suggéré de mettre en place des marqueurs statistiques pour lier les obligations de port du masque aux taux d’hospitalisation, une donnée métrique jugée plus fiable que le nombre de cas par habitants.

Selon une étude publiée récemment dans la revue scientifique Virological, la charge virale dans les premiers tests des patients touchés par le variant Delta était 1 000 fois plus grande que celle des patients de la première vague du virus en 2020.

Lire également: Covid-19: le cuisant échec de la riposte

Non seulement le variant Delta se reproduit plus rapidement au sein de son hôte que les souches précédentes mais les personnes infectées répandent bien plus le virus dans l’air, augmentant de manière importante la probabilité de transmission.

Le mois dernier, Israël a réinstitué certaines obligations de port du masque, seulement 10 jours après les avoir levées, à la lumière de la propagation du variant Delta. Certaines collectivités locales américaines, comme le comté de Los Angeles, ont fait de même.