Etats-Unis

Menacé d'impeachment, Donald Trump invité à se défendre au Congrès

Les élus démocrates chargés de l'enquête dans l'affaire ukrainienne invitent le président à assister à une audition à la Chambre des représentants le 4 décembre

La commission judiciaire de la Chambre des représentants a invité mardi 26 novembre Donald Trump ou ses avocats à «participer» à une audition le 4 décembre, qui marquera l'ouverture d'une nouvelle phase de l'enquête en destitution ouverte à son encontre.

«Je vous écris pour savoir si vous, ou vos avocats, comptez assister à l'audition ou souhaitez interroger les témoins», a demandé l'élu démocrate Jerry Nadler dans un courrier adressé au président américain. «Si vous comptez participer à l'audition, merci de nous le faire savoir aussi vite que possible, et avant le 1er décembre», a poursuivi le parlementaire, qui préside cette commission chargée de rédiger les éventuels articles de mise en accusation du président.

Jerry Nadler a assuré vouloir mener une procédure «équitable et informative» et a souligné que la participation du président et de ses avocats ne résultait pas d'un «droit» mais d'un «privilège» ou d'une «courtoisie» accordés à Donald Trump.

Un «canular»

Donald Trump, qui dénonce une «farce» ou un «canular», avait assuré il y a huit jours sur Twitter «envisager sérieusement» de témoigner au Congrès, peut-être par écrit.

Le courrier de Jerry Nadler marque un nouveau cap dans la procédure de destitution qui assombrit la campagne de réélection du milliardaire new-yorkais. Les démocrates reprochent à Donald Trump d'avoir demandé à l'Ukraine d'enquêter sur Joe Biden, un de ses adversaires potentiels à la présidentielle de 2020. Ils l'accusent d'avoir abusé de son pouvoir à des fins personnelles, notamment en gelant une aide militaire pour faire pression sur Kiev.

Lire aussi: Impeachment: le rapport d'enquête attendu en décembre

Au cours des deux derniers mois, la commission du Renseignement a mené l'enquête et entendu une quinzaine de témoins, notamment lors d'auditions publiques, sans que la Maison Blanche n'ait son mot à dire. Cette phase d'enquête est bouclée et la commission du Renseignement devrait bientôt transmettre son rapport à la commission judiciaire. Après avoir débattu du cadre constitutionnel, celle-ci rédigera des articles précisant les éventuels chefs d'accusation retenus contre le président, qui seront soumis au vote en séance plénière.

La destitution n'aura probablement pas lieu

Compte-tenu de la majorité démocrate à la chambre basse, Donald Trump devrait bien être mis en accusation («impeached»), ce qui n'est arrivé qu'à deux autres présidents avant lui. Il sera ensuite jugé par le Sénat, où la majorité républicaine reste solidaire, ce qui devrait lui épargner d'être destitué.

Lire également: Impeachment: des auditions publiques dévorantes  

Les dernières transcriptions des entretiens à huis clos menés par les parlementaires ont été publiées mardi, y compris le témoignage de Mark Sandy, un fonctionnaire en charge du budget de la Maison Blanche, qui a déclaré qu'un avocat de son service avait démissionné en partie en raison de préoccupations concernant la suspension de l'aide militaire à l'Ukraine.

Publicité