La Birmanie pourrait être expulsée de l'Asean, l'Association des nations d'Asie du Sud-Est, si la junte continue de refuser de libérer la dirigeante de l'opposition, détenue depuis le 30 mai. La menace émane du premier ministre malaisien Mahathir Mohamad. Celui qui a joué un rôle essentiel pour convaincre le groupement régional d'accueillir Rangoon en 1997 a cependant ajouté que la mesure ne pourrait être envisagée qu'en dernier ressort. La dissidente n'a évidement pas pu assister samedi à la traditionnelle cérémonie marquant le 53e anniversaire de l'assassinat de son père Aung San, le héros de l'indépendance du pays. La cérémonie du Jour du martyr était le seul événement officiel auquel la junte militaire laissait Aung San Suu Kyi assister.