Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Pyotr Verilov (à gauche), mentor des Pussy Riot, interpellé par deux policiers moscovites lors d'une manifestation, septembre 2018.
© Vasily Maximov/AFP Photo ©

Russie

Le mentor des Pussy Riot empoisonné

Piotr Verzilov se trouve entre la vie et la mort après avoir été pris d’un mystérieux malaise. Sa dernière performance, qui a consisté à interrompre la finale de la Coupe du monde, a profondément humilié les structures russes de sécurité 

Piotr Verzilov, artiste actionniste et éditeur d’un journal d’opposition, célèbre pour avoir interrompu pendant plusieurs minutes la finale de la Coupe du monde de football en débarquant sur la pelouse déguisé en «policier céleste», se trouve dans un état grave dans l’unité de toxicologie d’un grand hôpital moscovite, a-t-on appris mercredi soir. Ses proches soupçonnent un empoisonnement. Tentant de se rendre à son chevet à l’hôpital municipal Bakhrouchkine de Moscou, la mère de l’artiste a tout d’abord été bloquée par le personnel. «Ils lui ont dit qu’ils n’avaient pas le droit de révéler la moindre information à son sujet, l’ont priée de déguerpir et se sont montrés impolis», a indiqué Veronika Nikoulchina, la compagne de Piotr Verzilov, au site d’information Meduza. Le personnel de l’hôpital s’appuie sur une réglementation interdisant de révéler des informations confidentielles sans l’accord préalable du patient. Or celui-ci est inconscient.

Lire aussi: Les Pussy Riot déterminées à «chasser» Poutine du pouvoir

Piotr Verzilov, 30 ans, a ressenti les premiers malaises mardi après-midi en sortant d’un tribunal où était jugée sa compagne pour résistance aux forces de l’ordre durant une manifestation de l’opposition russe dimanche. S’éveillant d’une sieste vers 20h, il a dit à sa compagne qu’il se sentait devenir aveugle. «D’abord il a perdu la vision, puis sa capacité à parler et enfin sa capacité à marcher», a expliqué Veronika Nikoulchina à Meduza. Lorsque les secours d’urgence sont arrivés, il a pu encore répondre aux questions, expliquant qu’il n’avait rien mangé et n’avait pris aucune substance. Puis son état a rapidement empiré et il a été pris de convulsions. «Sur la route de l’hôpital, il a sombré dans un état à demi inconscient, poursuit la militante. Il a cessé de me répondre et de me reconnaître.»

Un premier examen médical pratiqué à l’hôpital n’a rien détecté d’anormal. Mais devant la dégradation de son état, Piotr Verzilov a été transféré mercredi dans un service de soins intensifs dans l’unité de toxicologie de l’hôpital. Des médecins ont apparemment dit aux proches que le patient pourrait avoir été empoisonné par un médicament bloquant les neurotransmetteurs, utilisé pour traiter une variété de symptômes, dont les étourdissements, les ulcères, l’insomnie et l’asthme. Le site Meduza cite des membres de la famille affirmant que ce dernier n’a pas pu ingérer de son plein gré un tel médicament.

«Nous pensons qu’il a été empoisonné», écrit le groupe Pussy Riot sur son compte Twitter. Sergueï Smirnov, le rédacteur en chef du site d’information Mediazona (fondé par Verzilov), suggère toutefois la prudence «avant de tirer des conclusions définitives». Piotr Verzilov serait désormais dans un état critique mais sa vie serait hors de danger. Selon ses proches, il ne peut toujours pas s’exprimer et «seuls ses yeux réagissent».

Portrait d'un opposant

Piotr Verzilov s’est fait connaître en Russie à la fin des années 2000 comme membre du groupe actionniste Voina, auteur de performances retentissantes visant à ridiculiser le pouvoir russe et les services secrets (FSB) en particulier. Son épouse d’alors, Nadejda Tolokonnikova, également membre de Voina, a accédé à la célébrité au sein du groupe punk féministe Pussy Riot. Elle et deux autres membres de Pussy Riot ont été condamnés à 2 ans de prison après une performance dans une cathédrale russe consistant en une «prière punk» demandant que la «sainte mère de Dieu chasse Poutine». Mentor des Pussy Riot, Piotr Verzilov a joué le rôle de porte-parole durant leur procès, parvenant à attirer l’attention des médias internationaux et décrochant le soutien de nombreuses célébrités. En 2014, Piotr Verzilov a créé Mediazona, un journal en ligne phare de la jeune opposition russe, qui a publié des enquêtes retentissantes décrivant la torture en prison et des exactions des services secrets.

Meneur de jeu

L’action la plus éclatante de Piotr Verzilov date du 15 juillet dernier, lorsque, surgissant avec deux autres membres des Pussy Riot sur la pelouse où se disputait la finale de la Coupe du monde de football, il a su tromper la vigilance des forces de l’ordre russe. L’action intitulée «l’officier de police entre en jeu» consistait à réclamer la libération de tous les prisonniers politiques en Russie. Elle a été vue en direct par des centaines de millions de spectateurs et s’est déroulée sous les yeux de Vladimir Poutine et des chefs d’Etat français et croate. Ulcéré par l’humiliation, le commissaire qui a interrogé Piotr Verzilov juste après sa détention lui a déclaré «Parfois, je regrette qu’on ne soit plus en 1937», faisant référence à la grande terreur stalinienne. Piotr Verzilov et ses complices ont écopé d’une peine de prison de 15 jours. Une punition jugée peut-être insuffisante par certains.

Lire encore : Quatre Pussy Riot condamnées après leur intrusion sur le terrain de Moscou

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a