La Suisse n’est «pas exactement (...) une puissance maritime», mais c’est «une puissance de médiation», «un acteur impartial et crédible (qui) facilite le dialogue et construit des ponts dans de nombreux conflits», a déclaré M. Burkhalter dans un discours prononcé à Singapour dans le cadre de la conférence de «Shangri-La» sur la sécurité.

La Confédération est aussi «une puissance économique» qui «a un fort intérêt à la stabilité régionale et à des routes maritimes sûres en Asie-Pacifique», a-t-il ajouté, selon la version écrite de son discours.

Hausse des tensions

Et le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) de souligner que même si les «inquiétudes liées à certaines actions unilatérales en mer de Chine méridionale» ont augmenté ces derniers temps, «les tensions n’ont pas atteint des niveaux tels» que tout effort de médiation serait «futile».

«Il est temps d’agir. Il est temps de rassurer», mais c’est aux «Asiatiques de résoudre les défis liés à la sécurité de l’Asie», a ajouté M. Burkhalter, qui participait à une table ronde sur le thème: «Eviter la compétition militaire et la course aux armements en Asie».

La Chine revendique 90% de la mer de Chine méridionale. Mais le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, le sultanat de Brunei et Taïwan ont également des prétentions sur ces eaux potentiellement riches en hydrocarbures, traversées par des voies maritimes internationales de première importance.

Avertissement américain

Les Etats-Unis ont appelé samedi à un arrêt immédiat et durable des travaux de construction par Pékin d’îles semi-artificielles dans cette mer. Ils jugent que le comportement de la Chine nuit à la sécurité dans la région Asie-Pacifique.

«Par ces actions en mer de Chine méridionale, la Chine n’est pas en phase avec les règles et les normes internationales», a critiqué le secrétaire américain à la défense Ashton Carter, cité par l’AFP, durant la conférence de Singapour.

«La Chine a créé plus de 800 hectares de terrain, soit plus que tous les autres pays ayant des revendications (sur la zone). Et la Chine l’a fait dans les seuls derniers 18 mois», a souligné M. Carter. On ignore jusqu’où elle ira, a-t-il continué. Washington est «vivement préoccupé» par l’ampleur des travaux menés par la Chine dans cette zone maritime.

Le «chaos» menace

Son homologue japonais à la Défense, Gen Nakatani, a averti quant à lui que les projets de construction de ces îlots par Pékin risquaient de plonger la région dans le chaos. «J’espère, et j’attends de tous les pays, dont la Chine, qu’ils se comportent en tant que puissances responsables», a ajouté le ministre nippon.

La Chine a déjà entrepris ces derniers mois des travaux d’assèchement et d’aménagement sur plusieurs récifs et îlots qu’elle occupe dans l’archipel des Spratleys. Sa superficie terrestre a été multipliée par cinq, selon des images satellite qui montrent qu’une piste aérienne et des installations portuaires y ont été bâties.

Cette semaine, les autorités chinoises ont organisé une cérémonie pour la construction de deux phares sur des récifs de cette zone maritime.