Proche-Orient 

Mer d'Oman: deux pétroliers évacués après une attaque au large de l'Iran

La Ve Flotte américaine a fait état de deux «appels de détresse» tôt jeudi émanant de pétroliers dans le Golfe d'Oman qui auraient été la cible d'une «attaque», un mois après des incidents similaires ayant visé quatre navires au large des Emirats arabes unis 

Les équipages de deux pétroliers ont été évacués jeudi au large de l'Iran après des appels de détresse de deux pétroliers qui auraient été la cible d'une attaque en mer d'Oman, faisant bondir les prix sur les marchés pétroliers.

Ce nouvel incident, le 2e en un mois impliquant la navigation dans ce passage maritime stratégique, survient à un moment de tensions accrues entre Téhéran et Washington, qui a accusé l'Iran d'être derrière le premier incident de mai.

Des appels de détresse

La Ve Flotte américaine, basée à Bahreïn, a indiqué jeudi avoir reçu deux «appels de détresse» tôt dans la matinée émanant de pétroliers en mer d'Oman qui auraient été la cible d'une "attaque".

A Oslo, les autorités maritimes ont parlé clairement d'une attaque, signalant trois explosions sur un pétrolier norvégien.

Lire aussi: Sabotage de navires: un Etat responsable mais pas de preuve que ce soit l'Iran

Un vaisseau norvégien visé

Le pétrolier Front Altair, propriété du groupe norvégien Frontline, a été «attaqué» jeudi matin entre les Emirats et l'Iran, trois explosions ayant été signalées à bord, ont annoncé les autorités maritimes norvégiennes en précisant qu'aucun membre d'équipage n'avait été blessé. Le Front Altair, un tanker de 111 000 tonnes, est actuellement en flammes et des secours sont sur place, selon la même source.

«Aujourd'hui, 13 juin à 06H03, le Front Altair, navire battant pavillon des Marshall, a été attaqué entre les Emirats et l'Iran», affirme le communiqué. «Trois explosions sur le navire ont été signalées. L'équipage est monté à bord d'un navire qui passait et ne serait pas blessé», a-t-elle précisé.

Lire également: Emirats arabes unis: «actes de sabotage» contre deux pétroliers saoudiens

... et un Japonais

Le second navire, le Kokuka Courageous, un méthanier a essuyé des tirs mais tout l'équipage a été sauvé après l'abandon du navire, et sa cargaison de méthanol est intacte, a déclaré son opérateur japonais Kokuka Sangyo.

«Il semble que d'autres navires aient également essuyé des tirs», a déclaré le président de la compagnie, Yutaka Katada, aux journalistes à Tokyo, confirmant des informations de sa société mère de Singapour sur un «incident de sécurité».

Les «inquiétudes» de l'Iran

L'Iran a exprimé ses «inquiétudes» après des «incidents suspects». Dans un premier temps, Téhéran a parlé d'«accident» et indiqué avoir porté secours à «deux tankers étrangers» en mer d'Oman.

«Quarante-quatre marins ont été sauvés des eaux par une unité de secours de la Marine (iranienne) de la province d'Hormozgan (sud de l'Iran, NDLR) et transférés au port de Bandar-é Jask», a écrit l'agence Irna.

Ces incidents ont eu lieu à une heure d'intervalle à 25 mille nautiques et 28 milles nautiques de Bandar-é Jask, a ajouté l'agence officielle alors que la télévision iranienne a diffusé des images de feu à bord d'un des deux navires.

Le ministre des Affaires étrangères iranien a jugé hautement suspecte la coïncidence entre ces «attaques» et la visite à Téhéran du Premier ministre japonais Shinzo Abe.


L'UE appelle à éviter les «provocations»

La cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini a appelé jeudi à éviter toutes «les provocations» dans la région après des incidents au large de l'Iran où deux pétroliers auraient été la cible d'une attaque.

«La région n'a pas besoin de nouvelles causes de déstabilisation et de tensions et, par conséquent, la Haute Représentante (Federica Mogherini) renouvelle son appel à la retenue maximale et à éviter toute provocation», a déclaré sa porte-parole Maja Kocijancic.

Publicité