Dans le silence des grands départs, l’aube s’apprêtait à conquérir les rives chatoyantes de la mer Rouge lorsque, en ce 21 juillet, le rêve des scientifiques du Fleur de Passion et de tous ceux qui les soutiennent s’est brisé avec fracas. A 4h30 du matin, le majestueux voilier parti étudier les coraux de cette région afin de sensibiliser à leur préservation s’est échoué. Et pas n’importe où mais – cruelle ironie – sur un récif corallien. A peine s’élançait-il que le voici immobilisé dans le détroit de Tiran. «On a entendu un gros boum et tout le monde a couru sur le pont», raconte le chercheur danois Anders Meibom de l’EPFL, sous la houlette duquel était né ce projet du Transnational Red Sea Center (TRSC) créé en 2019.

La marine égyptienne emmène les dix passagers à Charm El Sheikh, puis les membres de l’équipage sont embarqués par la police pour 36 heures d’interrogatoire: endommager un récif corallien est une infraction qui leur vaudra probablement une amende, et l’enquête n’en est qu’à ses débuts.