Sans trancher le fond de l'affaire, un juge américain a classé sans suite, mardi, une plainte déposée aux Etats-Unis contre le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, accusé d'avoir ordonné le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

Le magistrat John Bates s'est dit lié par la position récemment prise par le gouvernement américain, selon qui «MBS» bénéficie d'une immunité judiciaire en tant que chef de gouvernement en exercice.

Lire aussi: La Turquie renvoie le dossier Khashoggi à l'Arabie saoudite

Jamal Khashoggi, un ancien proche du pouvoir saoudien devenu critique, a été tué et démembré en 2018 dans le consulat du royaume à Istanbul en Turquie. Le meurtre avait suscité un tollé international et fait du prince Mohammed ben Salmane un paria en Occident. Les autorités saoudiennes ont toujours nié sa responsabilité, mais il est considéré comme le commanditaire de l'assassinat par les renseignements américains.

La fiancée turque du journaliste, Hatice Cengiz, et l'association Democracy for the Arab World Now (DAWN) qu'il avait fondée aux Etats-Unis, avaient déposé plainte en 2020 au civil devant la justice américaine contre le prince héritier et d'autres responsables saoudiens.

Une immunité judiciaire validée par Washington

C'est ce recours que le juge Bates a classé tout en faisant part de son «malaise face aux circonstances de la nomination du prince Mohammed ben Salmane et aux allégations crédibles sur son implication dans la mort de Khashoggi».

Fin septembre, «MBS», qui dirige de facto le royaume depuis des années, a été nommé premier ministre par décret royal. De nombreux commentateurs y ont vu une tentative de le prémunir des poursuites engagées à l'étranger. Prenant acte de cette nomination, le gouvernement du président démocrate Joe Biden avait estimé à la mi-novembre qu'il jouissait bien d'une immunité judiciaire.

A ce sujet: L’administration Biden accorde l’immunité à MBS

Cette déclaration avait suscité de vives critiques. Le journal Washington Post, pour qui Jamal Khashoggi avait collaboré, avait accusé le président d'avoir «tourné le dos aux principes fondamentaux de la liberté de la presse et de l'égalité». La Maison-Blanche avait rétorqué que cet avis légal «n'avait rien à voir avec la relation bilatérale» entre les deux pays.

Le président Biden s'est rendu en Arabie saoudite en juillet. A cette occasion, il a fait un «check» très remarqué avec le prince héritier, mais a ensuite assuré avoir évoqué l'affaire Khashoggi avec lui.

Lire encore: MBS en Turquie: prince tueur devenu sauveur providentiel