Terrorisme

Le meurtrier de Strasbourg, encore en fuite, avait été interpellé 27 fois et condamné à Bâle

Le bilan de la fusillade de mardi soir s’élève à trois morts et treize blessés, dont huit en urgence absolue. La section antiterroriste du parquet a été saisie. Le meurtrier est actuellement en fuite, pourchassé par plus de 600 policiers dans le quartier du Neudorf

La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie de l’attentat qui s’est déroulé mardi soir vers 20h à Strasbourg, où le marché de Noël a été attaqué par un homme isolé âgé de 29 ans, identifié comme Chérif Chekatt, originaire de la ville, interpellé et condamné plus d’une vingtaine de fois pour violences, cambriolages et extorsions, et fiché S pour sa radicalisation islamiste.

«Il était suivi par les services de la sécurité intérieure», a confirmé à 12h30 le procureur de la République de Paris Remy Heitz. Deux personnes sont décédées et une troisième personne est en état de mort cérébrale. Le magistrat a confirmé que des témoins avaient entendu le meurtrier crier «Allah akbar» et qu’il avait été condamné en France, en Allemagne et aussi en Suisse. À deux reprises, l’intéressé a tiré sur les forces de l’ordre: d’abord sur des militaires au sein du marché de Noël, puis à la descente du taxi lors de sa fuite, face à des policiers dans le quartier du Neudorf où il résidait.

Le suspect avait été incarcéré en Allemagne en 2016 pour cambriolages, ont indiqué les autorités allemandes à l’AFP. Il a purgé un peu plus d’un an de peine avant d’être expulsé en France. Selon le Blick, qui s’appuie sur un jugement allemand, l’homme a également fait de la prison à Bâle en 2013, durant un an et quatre mois, pour le même motif. En 2012 il s’était aussi fait connaître de la police zurichoise pour un délit contre le patrimoine, selon les titres de Tamedia. La police fédérale a annoncé le renforcement des contrôles à la frontière nord de la Suisse et dit être en contact permanent avec ses partenaires étrangers sur ce dossier.

Chérif Chekatt serait blessé et fait l’objet d’une chasse à l’homme menée actuellement par plus de 600 policiers, centrée sur le quartier de Neudorf. Les explications du Temps.

Lire aussi: La sidération après l’attentat sur le marché de Noël à Strasbourg

• Pourquoi Strasbourg a-t-il été visé?

La métropole alsacienne où siège le Parlement européen (en session plénière cette semaine) et le Conseil de l’Europe (dont la Suisse est membre) abrite de nombreuses rencontres internationales et des événements populaires connus dans la France entière. C’est le cas de son marché de Noël, qui attire chaque année environ 2 millions de visiteurs, dont beaucoup en provenance de France, d’Allemagne et de Suisse. Plusieurs victimes seraient d’ailleurs d’origine étrangère, dont un Asiatique. «On le savait, ce marché était visé. Nous avions pris le maximum de précautions», a confirmé mardi matin le maire de Strasbourg, Roland Ries. Des fouilles corporelles avant de pénétrer sur le site avaient été mises sur place depuis des années. Selon les spécialistes, ce type d’événement public «ouvert» est toutefois «impossible à sécuriser complètement».

Ce marché avait déjà été visé le 31 décembre 2000 par un commando djihadiste basé en Allemagne – baptisé le groupe de Francfort – et lié à la nébuleuse Al-Qaida d’Oussama Ben Laden, qui avait prévu d’y faire exploser une cocotte-minute piégée. Cet attentat islamiste avorté avait conduit devant la justice dix prévenus, condamnés fin 2004 à des peines de 1 à 10 ans de prison ferme.

Une autre filière djihadiste strasbourgeoise avait été jugée en 2016 et condamnée à des peines de 6 à 9 ans de détention pour «association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste». L’un des prévenus de ce groupe, Karim Mohamed-Aggad, est le frère de Foued Mohamed-Aggad, l’un des assaillants du Bataclan tué le 13 novembre 2015 lors de l’assaut par la police après avoir séjourné en Syrie entre décembre 2013 et avril 2014. Selon les experts, environ 10% des radicalisés de France se retrouveraient dans la région strasbourgeoise, où ils bénéficient d’appuis en Allemagne voisine.

Lire aussi: Depuis janvier 2015, la menace djihadiste prolifère

• Comment s’est déroulée l’attaque sur le marché?

Le passage à l’acte de cet homme apparemment isolé, dont les motifs demeurent inconnus, s’est déroulé vers 19h50 alors que le marché de Noël s’apprêtait à fermer. Comment a-t-il réussi à pénétrer dans les environs du marché avec des armes, du côté de la rue des Orfèvres et de la rue du Chaudron en plein centre-ville, près de la capitale? C’est toute la question. Le maire de Strasbourg, Roland Ries, avait plusieurs fois, depuis les attentats de novembre 2015, réclamé des informations sur la présence de fichés S dans sa ville. Le meurtrier a failli être interpellé par des policiers qui l’avaient identifié mais il a aussitôt tiré et s’est dégagé vers 22 heures. Des soldats en patrouille dans le cadre de l’opération «Sentinelle» auraient aussi échangé des coups de feu avec le tueur. Ce dernier a ensuite pris la fuite vers le quartier de Neudorf, où il résidait, en taxi, dont le chauffeur est l’un des témoins clés. Il a affirmé que son passager était blessé au bras. Plusieurs passants et commerçants ont confirmé que le terroriste avait tiré «à l’aveugle» pour faire le plus de dégâts mortels possible. A sa descente du taxi, un nouvel échange de coups de feu a eu lieu avec des policiers.

Aussitôt, un état d’urgence de fait a été décrété dans la ville alsacienne. Les députés européens en session ont été bloqués dans l’enceinte du bâtiment. Les écoles ont rouvert ce matin à Strasbourg. Des contrôles ont rapidement été établis sur tous les postes frontières de passage vers l’Allemagne. Idem plus au sud de l’Alsace du côté de Mulhouse et de la frontière suisse. Le plan Vigipirate a été relevé en France au niveau «urgence attentat», ce qui signifie des contrôles accrus dans tous les lieux publics. Les collectifs de «gilets jaunes» qui se préparent samedi à leur cinquième journée de manifestations en France, s’inquiètent déjà du resserrement annoncé des mesures de sécurité.

• Le terroriste recherché était-il un islamiste connu de la police?

L’homme suspecté et toujours recherché dans le quartier de Neuhof après une cavale d’une nuit entière est un délinquant endurci âgé de 29 ans. Récidiviste, il avait été interpellé 27 fois et purgé des peines de prison en France et en Allemagne. Il figurait sur le fameux fichier S (pour «sûreté de l’Etat») qui contient environ 10 000 personnes. Point important: sur la base du témoignage du chauffeur de taxi qui a relaté les propos du meurtrier, son domicile avait fait le matin même l’objet d’une perquisition par la police, qui a retrouvé sur place des grenades et des armes. Trois individus, présumés complices, ont par ailleurs été interpellés. Ils sont actuellement en garde à vue. C’est peut-être à la suite de cette descente de police que le terroriste a décidé de passer à l’action.

Le fugitif, poursuivi ce matin par plus de 600 policiers, était néanmoins surtout connu de la police pour plusieurs crimes de droit commun. La traque enclenchée risque de terminer en affrontement mortel, si l’on se réfère aux précédents des attentats de Charlie Hebdo et des attentats du 13 novembre 2015. Dès ce mercredi matin, plusieurs responsables politiques français, dont Marine Le Pen, ont de nouveau demandé l’arrestation et l’incarcération immédiate des délinquants récidivistes fichés S présents sur le territoire français. La présidente du Rassemblement national a réclamé l’ouverture de poursuites contre toutes les organisations islamiques radicales pour «intelligence avec l’ennemi». «Combien d’attentats commis par des fichés S devront nous encore subir?» a réagi, lui, le patron des républicains (droite), Laurent Wauquiez. L’ancien président Nicolas Sarkozy a, pour sa part plusieurs fois proposé des centres de rétention spéciaux pour les fichés S les plus dangereux.

La qualification terroriste a été confirmée par le procureur de la République de Paris. L’actuel député macronien Jean-Michel Fauvergue, ancien patron du RAID, l’unité d’élite de la police, ne croyait pas mercredi matin à un acte sans motif idéologique. «On est toujours sur une menace terroriste, a-t-il expliqué à France Info. Cette attaque n’est peut-être pas le fait d’un réseau organisé, mais l’environnement de cet individu était bien celui de la mouvance islamique radicale.» Aucune revendication de l’Etat islamique ou d’autres mouvances n’a pour l’heure été enregistrée.

Lire également: Sur le marché de Noël de Strasbourg, une fusillade fait au moins trois morts

. Les dispositifs de sécurité vont-ils entraver les manifestations des «gilets jaunes»?

Toutes sortes de rumeurs et de théories du complot circulent depuis ce mercredi sur les réseaux sociaux. La réactivation du plan Vigipirate, niveau urgence attentats, décrétée après l’attentat de Strasbourg aura en effet pour probable conséquence de resserrer les contrôles de sécurité ce samedi, avant l’acte V de la mobilisation des «gilets jaunes». Sur Facebook, plusieurs comités de manifestants jugent le calendrier de cet attentat «propice» pour le pouvoir qui peine à mettre fin au mouvement. Parmi les messages, ceux-ci: «Comme par hasard, juste avant l’acte V un petit attentat pour calmer les moutons, RIP aux innocents» ou «Ne nous laissons pas impressionner par cet attentat monter de toutes pièces par les services secrets», accusant l’exécutif d’avoir fait tuer des innocents pour détourner l’attention.

Pour l’heure toutefois, aucune demande d’annulation de manifestation n’a été déposée. Il est en revanche probable qu’à Strasbourg, ville endeuillée par la tuerie de mardi soir, les «gilets jaunes» ne descendront pas dans la rue. Mercredi, de nombreux blocages de manifestants demeurent sur les autoroutes, en particulier dans le sud-ouest de la France. Les chantiers de l’Atlantique ont été bloqués à Saint-Nazaire et l’accès à des installations d’Airbus a été entravé à Toulouse. Certaines personnalités politiques, comme le maire de Nice Christian Estrosi, ont toutefois appelé à interrompre le mouvement après la fusillade survenue en Alsace.

Publicité