Le gouvernement du Mexique a décrété, lundi, l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 30 avril pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Elle a fait 28 morts dans le pays.

La décision a été prise en raison de l'augmentation sensible du nombre de cas, passé en 24 heures de 993 à 1094, a expliqué le ministre mexicain des Affaires étrangères Marcelo Ebrard lors d'une conférence de presse à Mexico. Cette mesure permet au ministère de la Santé de prendre toutes les mesures nécessaires face à la crise, protéger employeurs et salariés de ses conséquences, et garantir l'approvisionnement de la population.

Le gouvernement a ainsi prolongé jusqu'à fin avril la suspension des activités non essentielles, initialement prévue jusqu'au 15. «La suspension immédiate jusqu'au 30 avril des activités non essentielles dans les secteurs public, privé et social est décrétée afin de limiter la propagation du virus», a indiqué le sous-secrétaire à la Santé, Hugo Lopez-Gatell.

Une trop lente réaction de la part du président

Il a exhorté les Mexicains à rester chez eux, de manière stricte pour les plus de 60 ans, les femmes enceintes, les personnes souffrant de diabète, d'hypertension ou de pathologies cardiaques, plus vulnérables face au virus.

Le président de gauche Andrés Manuel Lopez Obrador a été critiqué pour ne pas avoir pris de mesures très contraignantes. Il avait invité la population, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, à continuer de fréquenter les restaurants pour soutenir l'économie.

Des universités ont néanmoins suspendu les cours depuis plusieurs jours, et des entreprises ont enjoint leurs salariés à travailler depuis chez eux.

Suivre: l'infographie sur la pandémie dans le monde