Royaume-Uni

Michaël Ambühl, l'atout suisse de Londres pour négocier le Brexit

L'ancien secrétaire d’État aide les autorités britanniques à négocier leur sortie de l'Union européenne, selon le «Times». Avec pour inspiration, le modèle helvétique

Il se met aux services de sa Majesté, mais reste discret. Le Suisse Michael Ambühl aide les autorités britanniques à négocier leur sortie de l'Union européenne, révèle samedi le Times. L'ancien secrétaire d’État aux questions financières internationales fait partie d'un petit groupe de personnalités sollicitées par Londres.

Selon le quotidien britannique, Michael Ambühl n'a pas de relation directe avec le gouvernement du pays. Il a toutefois eu plusieurs échanges avec le Département pour la sortie de l'Union européenne, formé à la suite du référendum du 23 juin 2016.

Artisan des Bilatérales II

Son implication ne doit rien au hasard. L'ancien secrétaire d'Etat avait notamment mené les négociations des Bilatérales II. Il est le premier en 2014 à avoir esquissé avec son équipe le mécanisme de mise en œuvre de l’initiative «contre l’immigration de masse».

Un travail qui pourrait bien inspirer les autorités britanniques. Elles regarderaient avec grand intérêt le modèle helvétique pour former les relations futures du Royaume-Uni avec Bruxelles, selon le Times. Des accords bilatéraux couvrant des domaines d'intérêt commun tels que la libre circulation, les barrières commerciales et la coopération scientifique pourraient être alors conclus. «Les accords suisses établissent un modèle très fonctionnel qui pourrait être adapté aux besoins britanniques», a déclaré Michael Ambühl. Optimiste, il est persuadé que l'Union européenne veut parvenir à un accord. Car elle ne peut pas dire: «Si vous essayez de partir, vous vous noierez avant de rejoindre le rivage», selon lui. Contacté par la RTS, le professeur de 65 ans n'a pas souhaité s'exprimer sur cette nouvelle mission.

Lire aussi: Michael Ambühl: «Une mise en œuvre littérale de l’initiative du 9 février comporte le risque de faire tomber les accords bilatéraux»

Publicité