ONU

Michael Møller: «Il y a d’autres manières de sauver le monde que de travailler à l’ONU»

Directeur général de l’Office des Nations unies depuis 2013, le Danois quitte sa fonction ce vendredi et cède la place à une diplomate russe, Tatiana Valovaya. Il a accordé une interview de départ au «Temps»

Il était censé occuper le poste trois mois. Il aura finalement passé six ans à la tête de l’Office des Nations unies à Genève. Michael Møller achève son mandat de directeur général ce vendredi. Adulé par certains, critiqué parfois par les journalistes du Palais des Nations, ce Danois de 66 ans a marqué son passage à Genève, une ville qu’il connaît bien pour y avoir séjourné à quatre reprises. Proche de Kofi Annan, il estime que son expérience de quarante ans dans le monde onusien l’a aidé à savoir «appuyer sur le bon bouton au bon moment et dans la bonne séquence». Le Conseil d’Etat genevois va proposer au Grand Conseil de lui décerner la bourgeoisie d’honneur.

Le Temps: Quels sont les motifs de satisfaction à la fin de votre mandat?