Et si l’Union européenne s’inspirait davantage de la Suisse? A l’heure où les négociations bilatérales sur un futur accord-cadre semblent dans une impasse, l’ancienne cheffe du Département fédéral des affaires étrangères exprime dans son dernier livre un point de vue assuré de faire réagir à Bruxelles: l’UE à 27 aurait tout à gagner, selon elle, à adopter une «neutralité active». Explications.

Lire aussi: Accord-cadre, la révolte du parlement