Le premier sommet entre les présidents chinois et américain Xi Jinping et Barack Obama débute ce vendredi pour s’achever samedi sur la propriété Annenberg, une espèce de Camp David de la côte Ouest, près de Palm Springs en Californie. Les attentes de part et d’autre sont considérables même si personne n’attend de résultat à court terme. Il s’agit d’instaurer une relation de confiance entre les deux dirigeants des deux premières économies mondiales.

Les deux chefs d’Etat ont choisi le complexe des Sunnylands afin de donner à la réunion un côté plus informel. L’essentiel sera la relation humaine que développeront Xi Jinping et Barack Obama. Or dans ce contexte, l’absence de la First Lady du sommet de Californie apparaît comme une grossière faute politique et de communication. Le président chinois vient en effet aux Etats-Unis accompagné de son épouse Peng Liyuan, une chanteuse très populaire et une générale au sein de l’armée chinoise. Rarement une Première Dame chinoise n’a eu une telle popularité en Chine. Mais elle ne pourra pas rencontrer Michelle Obama, qui a annoncé mardi qu’elle préférait rester à Washington étant donné que Sasha et Malia Obama achèvent leur dernière semaine d’école et que l’une des deux filles fête son anniversaire lundi.

Les commentateurs politiques n’en croient pas leurs yeux. Comment la Première Dame des Etats-Unis, femme très intelligente qui a montré un sens politique aigu au cours de la campagne électorale de 2012, peut-elle snober un rendez-vous aussi important? La diplomatie de la First Lady, soulignent-ils, revêt aussi une importance essentielle. Ces derniers jours, Michelle Obama n’est d’ailleurs pas apparue à son aise. Lors d’une collecte de fonds chez un privé à Washington, elle a été interrompue dans son discours par une lesbienne qui exprimait diverses revendications. Irritée, la First Lady a menacé de quitter le podium et demandé au public de dire s’il souhaitait qu’elle continue ou s’il préférait écouter la perturbatrice.