Europe

Tous les migrants seront renvoyés vers la Turquie à partir du 20 mars

Les vingt-huit pays membres de l'UE et la Turquie ont fini par s'entendre sur un mécanisme de frein à l'immigration vers l'Europe, apprend-on ce vendredi après-midi à Bruxelles

Le président du Conseil européen, Donald Tusk, a recommandé dès vendredi à la mi-journée aux 28 pays de l'UE d'«approuver sans changements» un nouveau projet d'accord avec la Turquie pour tenter de tarir les flux de migrants arrivant sur les côtes grecques, a appris l'AFP de source européenne.

«M. Tusk a présenté aux dirigeants des  28 une proposition (d'accord) révisée qu'il leur a recommandé d'approuver sans changements», a déclaré cette source devant des journalistes, au deuxième jour d'un sommet européen à Bruxelles consacré en grande partie à la crise migratoire.

Cette présentation est intervenue alors que M. Tusk retrouvait les chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE après une matinée entière de négociations avec le Premier ministre turc, Ahmet Davutoglu, sur les différentes «lignes rouges» posées par les Etats membres à un premier projet d'accord.

La proposition révisée «a tenu compte de ce qui a été dit hier (jeudi) soir» lors d'une première séance de travail à 28 sans la Turquie, a ajouté la source diplomatique européenne.

Lire: Les Vingt-Huit réduisent leur offre à la Turquie

Donald Tusk «pense que ce qu'il a négocié (avec M. Davutoglu) correspond au mandat que les 28 lui ont donné», et qu'en même temps cette proposition «est acceptable par la partie turque», a-t-elle encore souligné.

Au terme du texte agréé, la mise en oeuvre du renvoi de tous les migrants vers la Turquie «commencera le 20 mars», a-t-on indiqué de même source. «Tous les migrants arrivant après cette date seront renvoyés, bien sûr après un traitement individuel» de leur cas, a-t-on poursuivi.

Tous les migrants seront renvoyés en Turquie à compter du 20 mars, a confirmé de son côté le premier ministre tchèque.

«Nous allons réussir aujourd'hui», a tweeté  pour sa part Martin Selmayr, directeur de cabinet du président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.

Publicité