Le référendum sur l'indépendance du Monténégro se tiendra probablement fin juin, a réaffirmé, mardi à Genève, Milo Djukanovic. Hôte du Forum suisse de politique internationale, le président monténégrin s'est dit confiant que ses partisans – favorables à la séparation d'avec ce qui reste de la République fédérale de Yougoslavie, soit la Serbie – remporteront les élections anticipées du 22 avril prochain. Passé cette date, la loi prévoit qu'un référendum peut être organisé dans un délai de quarante-cinq jours. «Plus de 60% des citoyens veulent l'indépendance», a déclaré Milo Djukanovic.

Le parlement monténégrin a adopté le mois dernier une loi stipulant que le résultat sera acquis à la majorité simple. De plus, le vote sera réservé aux citoyens résidant depuis deux ans au moins dans la république, ce qui exclut les réfugiés du Kosovo, souvent Serbes ou Rom, défavorables à la sécession. Dans ces conditions, l'éventuel boycott des partis d'opposition aura peu d'impact sur le résultat.

La communauté internationale qui marche sur des œufs en Bosnie, au Kosovo et maintenant en Macédoine accueille très fraîchement la démarche monténégrine, susceptible d'amplifier les tensions dans la région. Milo Djukanovic a donc entrepris une intense tournée diplomatique (New York, Londres, Bruxelles, Genève) pour rassurer les Occidentaux sur ses intentions. Il a insisté sur sa volonté de maintenir le dialogue avec les Serbes: «Notre indépendance les aidera à concentrer leur énergie sur eux-mêmes.»

Président d'une république «assimilable à un canton suisse», souligne la Mission yougoslave auprès de l'ONU, Milo Djukanovic a dû slalomer pour faire entendre sa voix. La conférence d'hier, initialement prévue dans l'enceinte de l'ONU, a été déplacée dans un restaurant attenant, situé juste hors des murs. Et en fin d'après-midi, c'est en accompagnateur de son ministre des Finances, Miodrag Ivanicevic, que le président a pu rencontrer Kaspar Villiger pour ce que Berne qualifie de «visite de travail sur le FMI et la situation dans les Balkans».