Le ministre allemand de la Défense Karl-Theodor zu Guttenberg est accusé de plagiat. Andreas Fischer-Lescano, professeur de droit à l’Université de Brême, affirme dans la «Süddeutsche Zeitung» de mercredi que le politicien aurait rédigé sa thèse de doctorat en recopiant des passages entiers d’autres auteurs, sans les citer nulle part.

Le doctorat en question a été défendu en 2006 à l’Université de Bayreuth, obtenant la meilleure note, soit un «summa cum laude». Les responsables de cette haute école ont déclaré mercredi à l’agence de presse DPA qu’ils prenaient «ce dossier au sérieux» et qu’ils avaient lancé une enquête.

Selon des recherches effectuées via Google par Andreas Fischer-Lescano, qui n’hésite pas à parler de «supercherie», Karl-Theodor zu Guttenberg aurait notamment fait du copier-coller avec des articles de la «NZZ am Sonntag». «Le reproche selon lequel ma thèse de doctorat serait un plagiat est incompréhensible», a rétorqué le ministre conservateur (Union chrétienne-sociale, CSU), le plus populaire du gouvernement d’Angela Merkel.

Dans un communiqué, Karl-Theodor zu Guttenberg s’est dit «tout à fait prêt à examiner si les plus de 1200 notes en bas de pages et 475 pages de notes ont été correctement insérées là où elles le devraient». «Et j’en tiendrais compte dans une nouvelle édition» de la thèse, a-t-il assuré.

Personne ne prend la polémique à la légère. «La chancelière s’intéresse» à cette affaire et «pense qu’il serait avisé d’attendre le résultat de la recherche», a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert, en réponse à une question.