Ses douleurs se sont déclenchées en pleine tourmente politique en Grèce, avec l’annonce surprise lundi soir par le premier ministre Georges Papandréou de l’organisation d’ici à début 2012 d’un référendum sur l’accord européen d’effacement d’une partie de la dette du pays arraché à Bruxelles le 26 octobre et vivement contesté par l’opposition.

Mis sous haute pression depuis des semaines par la gestion du surendettement de son pays, le ministre «s’est rendu tôt le matin» dans une clinique privée d’Athènes, mais ses douleurs «se sont calmées», a précisé un communiqué du ministère.

Le ministre «doit en principe sortir en début de soirée», ajoute le texte.