L'Armée républicaine irlandaise (IRA) a brisé son silence jeudi, en publiant une déclaration dans le journal républicain pro-irlandais An Phoblacht. La première prise de position publique depuis le début des récentes initiatives de paix a pris des allures d'avertissement. L'organisation exprime son clair mécontentement: «L'accord (de paix) n'a pas réussi à se traduire par des progrès tangibles et sa capacité à faire évoluer les choses a fortement diminué ces derniers mois», a indiqué l'IRA.

L'état-major de l'IRA a également indiqué que l'organisation ne désarmerait pas, du moins pour l'instant. Et ce malgré les demandes des unionistes pro-britanniques. «Ceux qui exigent la restitution des armes de l'IRA concourent, étant donné le contexte politique actuel, volontairement ou non, à l'échec de l'accord de paix dans le but de provoquer la défaite de l'IRA.» Le texte rappelle également que le précédent cessez-le-feu avait chancelé à cause de l'exigence du gouvernement conservateur d'assurer le désarmement de l'IRA. L'organisation accuse également les unionistes (pro-britanniques) d'avoir causé l'échec des récentes initiatives de paix. La semaine dernière, le parti du premier ministre et leader unioniste David Trimble avait refusé de former un gouvernement local aux pouvoirs partagés avec des membres du Sinn Féin (l'aile politique de l'IRA). La déclaration conclut que la responsabilité de faire avancer le processus de paix incombe au gouvernement britannique.

Si le ton du document est ferme, il n'y a pourtant pas d'indication que le cessez-le-feu de l'IRA, qui remonte à juillet 1997, soit sur le point d'être brisé. Mais dans la foulée, le numéro deux du Sinn Féin a fait une déclaration qui a envoyé des ondes de choc dans le camp unioniste. Martin McGuinness a indiqué que, dans le contexte actuel, il y avait peu de chances que la date butoir pour le désarmement des milices – soit mai prochain – soit respectée.

Le médiateur de la prochaine ronde de négociations, l'ex-sénateur américain George Mitchell, a indiqué qu'il rencontrerait à nouveau les parties le 6 septembre. A Londres, le premier ministre Tony Blair a rencontré Gerry Adams, le président du Sinn Féin et le premier ministre unioniste David Trimble jeudi en fin de soirée.