En avril 2010, Juan Carlos est de passage à Genève. A cette époque, l’homme était encore le chef de l’Etat espagnol et il avait apporté une lourde valise contenant 1,9 million de dollars en espèces. Avant d’arriver dans la ville du bout du Léman, le roi avait prévenu son gestionnaire de fortune, Arturo Fasana. Il s’agissait d’un cadeau du roi du Bahreïn, Hamad ben Issa al-Khalifa, affirmait-il. «Juan Carlos est une personne appréciée dans les pays du Golfe, expliquera par la suite le financier. Il rentrait d’Abu Dhabi (aux Emirats arabes unis) et il est venu chez moi à Genève. Il voulait déjeuner avec moi.»