La Chambre des représentants et le Sénat du Mississippi ont voté dimanche le retrait du drapeau de cet Etat du sud des Etats-Unis d'un symbole confédéré qui rappelle la période de l'esclavage. La décision prise dimanche intervient alors qu'une vague de manifestations antiracistes à travers les Etats-Unis a ravivé la controverse sur la persistance de symboles évoquant l'esclavage.

Les parlementaires du Mississippi ont décidé qu'un nouveau drapeau de l'Etat devrait être adopté. Le drapeau actuel comporte l'étendard - fond rouge, croix bleue en diagonale avec de petites étoiles blanches - qui représentait les Etats du Sud, opposés à l'abolition de l'esclavage, lors de la guerre de Sécession (1861-1865).

Lire aussi l'interview du 13 juillet 2015: «Le drapeau confédéré a été la bannière de groupes racistes»

Le retrait de cet emblème a été approuvé dimanche par la Chambre des représentants du Mississippi à une majorité de 91 voix contre 23. Le vote a déclenché des clameurs d'approbation dans la galerie du public. Puis le Sénat a approuvé à son tour la disposition par 37 voix contre 14, et des sénateurs ont célébré le vote par des acclamations et des embrassades.

Le Mississippi est le seul Etat à avoir l'emblème sudiste sur son drapeau depuis que la Géorgie voisine l'a abandonné en 2003.

Le gouverneur Tate Reeves n'utilisera pas son droit de véto

La loi adoptée dimanche prévoit qu'une commission de neuf membres conçoit un nouveau drapeau qui inclura la phrase «In God We Trust», la devise américaine. Les citoyens du Mississippi devront se prononcer sur le nouveau drapeau en novembre. S'ils le rejettent, l'Etat n'aura pas de drapeau tant qu'un nouveau dessin n'aura pas été approuvé.

Un sénateur démocrate du Mississippi, John Horhn, a souligné que le changement de drapeau ne dissiperait pas à lui seul les effets du passé raciste du sud des Etats-Unis. «Mais c'est un grand pas sur le chemin de la reconnaissance de l'humanité et de la valeur données par Dieu à toute personne», a-t-il déclaré.

Lire encore la revue de presse: Mot d’ordre discutable: déboulonnons les statues de figures historiques symboles de l’esclavage et du racisme!

Le gouverneur Tate Reeves, qui n'était pas favorable au débat sur le drapeau, a fait savoir samedi qu'il n'utiliserait pas son droit de veto et qu'il promulguerait la loi si elle était adoptée.