USA

Mitt Romney engrange des points, mais ne terrasse pas ses rivaux

Le «Super Mardi» n’a pas permis de désigner à coup sûr le candidat républicain à l’élection présidentielle américaine. Le modéré Mitt Romney a engrangé des points en remportant six Etats, mais il n’est pas parvenu à terrasser ses rivaux Rick Santorum et Newt Gingrich

Mitt Romney a remporté d’un cheveu l’Etat stratégique de l’Ohio par 38% des voix contre 37% pour Rick. Santorum, selon les projections des médias américains. Les sondages ont donné les deux hommes au coude à coude jusqu’au dernier moment dans cet Etat de la «Rust Belt», ancien fleuron de l’industrie américaine aujourd’hui durement touché par la crise économique.

Rick Santorum pensait avoir l’avantage au sein de cet électorat de la «middle class» et des ouvriers face à Mitt Romney, dont la fortune est estimée à 200 millions de dollars et qu’il présente comme le candidat de Wall Street et des milieux financiers.

Ce succès est plus symbolique que comptable pour Mitt Romney car la répartition proportionnelle des délégués à la convention républicaine prévue fin août ne lui fournit pas un avantage substantiel. Perdre l’Ohio aurait été considéré comme un désaveu et aurait sérieusement fait douter de sa capacité à battre le président sortant Barack Obama.

Parti divisé

Mitt Romney a aussi remporté sans surprise l’Etat du Massachusetts, dont il a été gouverneur, ainsi que la Virginie, le Vermont, l’Idaho et l’Alaska.

«Je vais remporter cette investiture», a clamé M. Romney mardi soir devant ses supporters. Cette série de victoires est un petit pas de plus vers l’investiture pour un candidat qui ne parvient toujours pas à faire l’unanimité et à rassembler tous les courants du Parti républicain.

«Il a toujours un vrai problème pour s’imposer auprès des électeurs conservateurs et religieux», déclare Dante Scala, professeur de sciences politiques à l’Université du New Hampshire.

Le Sud résiste

Les victoires de l’ultraconservateur catholique Rick Santorum dans le Tennessee, un Etat conservateur du Sud, dans l’Oklahoma et le Dakota du Nord, empêchent toujours Mitt Romney de porter le coup décisif qu’il espérait.

Devant ses partisans, Rick Santorum s’est félicité d’avoir décroché des «médailles d’or» et une poignée de «médailles d’argent». «Nous avons gagné dans l’Ouest, le Midwest et le Sud, et nous sommes prêts à l’emporter à travers tout le pays!» a-t-il lancé.

En Géorgie, l’autre grand Etat en jeu lors de cette soirée, Mitt Romney s’est incliné face à l’enfant du pays, Newt Gingrich, qui obtient ainsi sa deuxième victoire, après celle en Caroline du Sud fin janvier.

L’ancien président de la Chambre des représentants peut ainsi se targuer d’être le candidat du Sud, bastion conservateur. Il s’est présenté mardi soir comme la «tortue» capable de battre «les lièvres» et a juré de faire mentir «élites» et «experts» qui prédisent sa défaite.

La lutte sera encore longue

Quant au dernier candidat, le «libertarien» Ron Paul, il est quasiment hors course, n’ayant obtenu aucun succès jusqu’à présent. Même en Alaska, où il nourrissait quelques espoirs, il a été devancé par ses deux principaux adversaires.

Ce «Super Mardi» souligne encore une fois les profondes divisions au sein de l’électorat républicain à huit mois de l’élection présidentielle. Cet affrontement prolongé entre républicains n’est pas pour déplaire aux partisans de Barack Obama, qui voient les chances de leur champion augmenter à mesure que les indicateurs économiques s’améliorent.

Au total, plus de 400 délégués, sur les 1144 nécessaires pour décrocher l’investiture, étaient en jeu mardi. Après cette série de scrutin, Mitt Romney est toujours en tête, avec 354 délégués, contre 147 pour Rick Santorum, 87 pour Newt Gingrich et 54 pour Ron Paul, selon le site spécialisé RealClearPolitics.

Il faudra sans doute attendre jusqu’en avril avec notamment les primaires de l’Etat de New York (92 délégués) et du Texas (152 délégués), voire jusqu’en juin avec celles de Californie (169 délégués) pour que le nom du candidat du Grand Old Party soit connu.

Publicité