L’essentiel 

L’Iran et la Corée du Sud ont annoncé des mesures d’assouplissement de la distanciation sociale et en Espagne la population était autorisée à sortir pour la première fois depuis plus d’un mois et demi.

En France, le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’au 24 juillet l’état d’urgence sanitaire. Le Royaume-Uni est devenu le 2e pays le plus touché d’Europe avec plus de 28 000 décès.

Retrouvez les informations de vendredi et de samedi


■ Des stars mobilisées pour les indigènes au Brésil «qui risquent d’être décimés»

Le célèbre photographe brésilien Sebastião Salgado a lancé une pétition en ligne signée par des stars comme Brad Pitt, Madonna ou Paul McCartney, réclamant l’action des pouvoirs publics pour protéger les indigènes du coronavirus. «Les peuples indigènes du Brésil risquent d’être décimés par le Covid-19 si des mesures urgentes ne sont pas prises», peut-on lire dans la pétition, déjà signée par près de 50 000 personnes à la mi-journée.

Parmi les signataires, de nombreuses vedettes du cinéma, comme les acteurs Sylvester Stallone, Meryl Streep, Richard Gere ou Juliette Binoche, mais aussi des réalisateurs comme Pedro Almodóvar ou Guillermo Del Toro. Le Prince Albert de Monaco, Nicolas Hulot et Sting ont également signé la pétition, ainsi que les top models Naomi Campbell et Gisele Bündchen ou les chanteurs brésiliens Gilberto Gil et Caetano Veloso.

Les visages de ces stars apparaissent au début d’une vidéo conçue par le Brésilien Fernando Meirelles, réalisateur de la Cité de Dieu (2002) et des Deux Papes (2019). Sur cette vidéo circulant sur les réseaux sociaux, on peut voir aussi des photos en noir et blanc d’indigènes, prises par Sebastião Salgado en Amazonie.

«Cela fait cinq siècles que ces ethnies sont décimées par les maladies amenées par les colonisateurs européens […] Aujourd’hui, avec ce nouveau fléau, ces communautés natives risquent d’être totalement éradiquées, sans défense contre le coronavirus», dénonce la pétition. L’Etat d’Amazonas (Nord), où vivent le plus grand nombre d’indigènes du Brésil, est un des plus touchés par la pandémie, avec plus de 500 morts selon le dernier bilan officiel.


■ Des «preuves immenses» que le virus vient d’un laboratoire de Wuhan, selon Mike Pompeo

Le chef de la diplomatie américaine a affirmé qu’il existait un «nombre significatif de preuves» que le nouveau coronavirus provient d’un laboratoire de la ville chinoise de Wuhan, berceau de la pandémie. «Il existe des preuves immenses que c’est de là que c’est parti», a insisté Mike Pompeo sur la chaîne ABC, refusant de dire s’il pensait que le virus avait été libéré intentionnellement par Pékin.

La Chine est connue pour sa propension à infecter le monde et à utiliser des laboratoires ne respectant pas les normes

Mike Pompeo

«Ce n’est pas la première fois que le monde est mis en danger à cause de virus provenant de laboratoires chinois», a-t-il ajouté. Mike Pompeo a par ailleurs dit regretter le manque de coopération des autorités chinoises afin de faire la lumière sur l’origine de la pandémie.

Le président Donald Trump avait déjà lié jeudi le nouveau coronavirus à l’Institut de virologie de Wuhan et menacé la Chine de taxes punitives.


■ Les médecins s’étaient préparés à annoncer la mort de Boris Johnson

Les médecins chargés de traiter le Premier ministre britannique Boris Johnson, atteint par le nouveau coronavirus, avaient préparé l’annonce de son décès après son hospitalisation dans le service des soins intensifs, a-t-il indiqué dans un entretien au tabloïd The Sun on Sunday. C’est la première fois qu’il raconte en détail son expérience de la maladie. Boris Johnson, 55 ans, a raconté «un moment très dur, je ne le nierai pas». «Je ne me trouvais pas dans un état particulièrement brillant et je savais qu’il y avait des plans d’urgence en place. Les médecins avaient toutes sortes de préparatifs pour ce qu’il fallait faire si les choses prenaient une mauvaise tournure. Ils avaient une stratégie pour le faire selon un scénario du type «mort de Staline.»

Boris Johnson avait annoncé le 27 mars avoir contracté le nouveau coronavirus, précisant alors ne présenter que des symptômes légers. Le 5 avril, en raison de la persistance de sa fièvre, il avait été transporté à l’hôpital pour effectuer des examens. Dans les 24 heures, il était transféré en soins intensifs, y passant trois nuits sous assistance d’oxygène. Boris Johnson a souligné avoir été tout d’abord dans le «déni» concernant la gravité de son état.

Boris Johnson compte annoncer dans les prochains jours une «feuille de route» sur l’allègement des restrictions en vigueur depuis le 23 mars et prolongées jusqu’au 7 mai. La population n’est actuellement autorisée à sortir que pour faire des courses, se faire soigner ou faire de l’exercice une fois par jour.


■ L’armée en appui dans les EMS neuchâtelois

Dès lundi, l’armée sera engagée pour soutenir le personnel soignant de sept établissements médico-sociaux de Neuchâtel, indique le canton. «La pression baisse sur le système hospitalier, relève le communiqué, cependant, la situation reste tendue dans certains EMS.» Les autorités précisent que «34 soldat-e-s sanitaires seront engagé-e-s». La durée de l’engagement est prévue jusqu’au 24 mai, mais pourra être «prolongée et l’effectif engagé sera réévalué chaque semaine».


■ Les chiffres du jour de l’OFSP

Selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), la Suisse et le Liechtenstein comptaient à 8h dimanche 29 905 cas confirmés en laboratoire, soit 88 cas supplémentaires en un jour. Au total, on dénombre près de 350 cas pour 100 000 habitants. A l’heure actuelle, 1473 personnes sont décédées du Covid 19, soit 6 de plus que la veille. Ces chiffres correspondent à une incidence de 17 décès par 100 000 habitants. Le nombre de personnes décédées par 100 000 d’habitants est de 2 à 3 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes, plus on monte dans la pyramide de l’âge. De leur côté, les cantons annonçaient 1764 morts.

Le nombre de nouvelles hospitalisations continue lui de diminuer. Dimanche, 3738 personnes étaient hospitalisées en lien avec un Covid-19 confirmé en laboratoire. «Sur les 3321 personnes hospitalisées pour lesquelles des données complètes sont disponibles, 14% n’avaient aucune maladie préexistante et 86% en avaient au moins une. Les trois plus fréquemment mentionnées chez des personnes hospitalisées étaient l’hypertension (52%), les maladies cardiovasculaires (33%) et le diabète (23%)», précise l’OFSP.


■ La Corée du Sud assouplit les mesures de distanciation sociale

Après la chute du nombre de cas dans le pays au cours des derniers jours, la Corée du Sud a annoncé un assouplissement des mesures de distanciation. A compter de mercredi, «les rassemblements et de nombreux événements seront (à nouveau) autorisés, à la condition qu’ils mettent en place des mesures de désinfection», a indiqué le Premier ministre Chung Sye-kyun.

Reportée en raison de l’épidémie, la nouvelle saison de compétition de certains sports professionnels, parmi lesquels le base-ball et le football, doit commencer dans les prochains jours. Les rencontres se dérouleront à huis clos. Le gouvernement devrait également annoncer cette semaine les dates de réouverture des écoles, qui devrait intervenir vers la mi-mai, selon l’agence de presse Yonhap.

La Corée du Sud a recensé 13 nouveaux cas de contamination dimanche, portant le total à 10 793, selon les Centres coréens de contrôle des maladies. Depuis l’apparition mi-février du premier cas de maladie Covid-19 dans le pays, environ 250 personnes en sont mortes. Le pays semble avoir réussi à contenir l’épidémie après une vaste campagne de dépistage et d’identification des personnes ayant été en contact avec des porteurs de la maladie.


■ En images: bouffée d’air pour les Espagnols, autorisés à sortir de chez eux

L’Espagne, dont les 47 millions d’habitants étaient enfermés depuis mi-mars, redécouvre les joies du sport et de la promenade. A Madrid, Barcelone et dans d’autres villes, de nombreux habitants sont sortis courir, prendre l’air, parfois en groupes. Le déconfinement du pays doit se poursuivre par phases d’ici la fin juin.

Tous les Espagnols sont de nouveau autorisés à sortir de chez eux. Des tranches horaires doivent être respectées, pour éviter la surfréquentation des rues et maintenir à distance enfants et personnes âgées. Le port du masque sera par ailleurs une «obligation» dans les transports publics dès lundi.


■ L’Iran va rouvrir une partie des mosquées dès lundi

Les mosquées iraniennes, fermées depuis mi-mars, rouvriront à partir de lundi dans 30% des comtés du pays, a annoncé le président Hassan Rohani. «Nous avons décidé aujourd’hui de rouvrir les mosquées dans 132 comtés […] à faible risque (de la maladie Covid-19) dès demain, et d’y recommencer la prière du vendredi tout en respectant les protocoles sanitaires», a-t-il déclaré lors de la réunion du Comité national de lutte contre la pandémie diffusée à la télévision d’Etat.

Respecter la distanciation sociale est plus important qu’assister à la prière collective

Hassan Rohani

Le comté («chahrestân» en persan) est une subdivision de la province: l’Iran compte ainsi 434 comtés sur 31 provinces. Hassan Rohani n’a donné aucune précision sur les noms des comtés concernés par cette mesure ni sur le nombre des mosquées devant rouvrir lundi. A priori, la mesure ne sera pas applicable à la capitale, Téhéran, ni à Machhad et Qom, les deux principales villes saintes chiites du pays, qui font partie des zones les plus touchées par la pandémie.

La République islamique a enregistré officiellement 6156 morts sur 96 440 cas de contaminations au coronavirus. A l’étranger, mais aussi à l’intérieur du pays, des experts et des responsables soupçonnent les chiffres officiels d’être largement sous-estimés.


■ Un test sérologique fabriqué par Roche autorisé aux USA

Le régulateur américain du médicament (FDA) a autorisé en urgence le test sérologique développé par Roche, a indiqué la firme bâloise dans un communiqué. Le test doit permettre de déterminer si une personne a été exposée au SARS-CoV-2 et a développé des anticorps.

Roche a déjà commencé à envoyer des tests aux principaux laboratoires dans le monde et va augmenter la production afin d’en produire des dizaines de millions par mois, est-il précisé dans le communiqué.


■ Pierre-Yves Maillard plaide pour davantage de soutien aux apprentis

Le président de l’Union syndicale suisse (USS) propose que la Confédération octroie aux entreprises 1000 francs par apprenti embauché. Les PME devraient pouvoir déduire cette somme, par année et par place d’apprentissage offerte, des prêts contractés pour faire face à la crise, explique Pierre-Yves Maillard dans une interview avec le Matin Dimanche. Ce montant pourrait même être doublé pour les entreprises qui accueillent en septembre les jeunes qui n’ont pas trouvé de place d’apprentissage en été, ajoute-t-il.

Il faut éviter que des milliers de jeunes se trouvent sans perspective

Pierre-Yves Maillard.

Le président de l’USS n’est pas en mesure de donner un coût précis pour une telle mesure mais estime qu’un «faible pourcentage d’abandons de créance permettrait de sécuriser ou de créer des dizaines de milliers de places». Interrogé sur la restriction de cette aide aux entreprises qui ont contracté un emprunt, Pierre-Yves Maillard répond qu’il s’agit d’un moyen ciblé d’aider les entreprises en difficulté maintenant à former des apprentis. «C’est peut-être politiquement plus facile de faire accepter de renoncer à des remboursements plutôt que de créer une subvention», ajoute-t-il.

Lire la tribune: Un bonus aux entreprises formatrices pour éviter le chômage massif des jeunes


■ Las Vegas durement touchée

La quiétude inhabituelle du célèbre Strip de Las Vegas, dont les hôtels et casinos sont fermés depuis la mi-mars, cache une ville meurtrie en plein questionnement sur son avenir: à quoi ressemblera la capitale du jeu dans le monde d’après?

Le puissant syndicat local Culinary Workers Union, qui représente quelque 60 000 employés du secteur de l’hôtellerie et des casinos, affirme que 98% de ses membres ont perdu leur emploi depuis le début de la pandémie. Le gouverneur du Nevada, Steve Sisolak a décidé de prolonger jusqu’au 15 mai au moins les mesures de confinement dans son Etat. «Il fait ce qu’il peut pour nous protéger», confie la secrétaire et trésorière du syndicat, Geoconda Arguello-Kline, soutient la décision.

La maire de Las Vegas Carolyn Goodman voit elle dans le confinement une «absurdité» et appelle à une réouverture immédiate de sa ville, ébranlée par «une crise économique exceptionnelle».

Mais rouvrir Vegas, ses immenses complexes hôteliers et ses casinos, nécessitera forcément des aménagements. Des écrans de plexiglas pourraient à l’avenir séparer joueurs et croupiers autour des tables de black jack et de roulette. Les employés seront sans doute amenés à travailler masqués et gantés. Et des établissements envisagent de contrôler la température des clients. Pour l’historien local David Schwartz, la vraie question n’est pas de savoir quand et de quelle façon les casinos rouvriront. Mais «combien de touristes pourront revenir» tant que la pandémie continuera à affecter les déplacements internationaux?



■ Le ministre allemand de l’Intérieur favorable à une reprise de la Bundesliga

Horst Seehofer ne s’oppose pas à une reprise du championnat de football en Allemagne. «Je trouve le calendrier proposé par la Ligue allemande de football plausible et je soutiens un redémarrage en mai», a-t-il déclaré dans une interview au quotidien Bild à trois jours d’une réunion des autorités allemandes pour trancher sur ce sujet.

La Ligue allemande (DFL) plaide en faveur d’une reprise des matches à huis clos autour de la mi-mai, ce qui ferait de l’Allemagne le premier grand championnat européen à franchir ce pas. Le ministre a toutefois souligné que les équipes et joueurs devraient respecter plusieurs conditions et n’auraient droit à «aucun privilège».

Lire aussi: L’entreprise Bayern ne connaît pas la crise. Et au sujet du championnat en Suisse: Reprise du football: l’ASF tranche et la SFL hésite


Laurent Kurth: «On ne renonce pas à la réforme fiscale»