Le Brexit est «une école de patience», a ironisé Michel Barnier jeudi matin, lui qui devait ensuite, avec Jean-Claude Juncker, présenter cet accord aux dirigeants européens. De fait, cet accord conclu le jeudi 17 octobre fait suite à trois tentatives concoctées avec Theresa May entre novembre 2018 et avril 2019, toutes ayant échoué au parlement britannique.

Notre analyse: Entre l’UE et le Royaume-Uni, un divorce «juste et raisonnable»