L’opposant Mohamed ElBaradei a déclaré jeudi à Vienne être prêt à mener la transition politique en Egypte, théâtre de manifestations sans précédent contre le régime du président Hosni Moubarak, si la population lui demandait.

«Si la population veut que je mène la transition, alors je ne la décevrai pas», a déclaré M. ElBaradei devant des journalistes à l’aéroport de Vienne, avant de prendre un avion qui devait le ramener en Egypte dans la soirée.

Son retour est motivé par sa volonté de «s’assurer que tout se passe de manière pacifique et régulière», a-t-il ajouté.

L’opposant égyptien, prix Nobel de la paix, veut participer à de nouvelles manifestations prévues vendredi. «Ma priorité immédiate est de voir une nouvelle Egypte et de voir cette nouvelle Egypte (naître) grâce à une transition pacifique», a encore déclaré M. ElBaradei.

«J’appelle de nouveau le régime à comprendre qu’il ferait mieux d’écouter, de ne pas utiliser la violence et de comprendre que le changement doit arriver, il n’y a pas d’autre option», a ajouté l’ancien chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

Les manifestations en Egypte ont fait six morts et provoqué un millier d’arrestations depuis mardi. Elles sont les plus importantes depuis l’arrivée au pouvoir en 1981 de M. Moubarak, 82 ans, objet de critiques pour n’avoir jamais levé l’état d’urgence en place depuis près de 30 ans.

M. ElBaradei, 68 ans, ne dispose pas d’un parti reconnu, mais il a formé un mouvement, l’Association nationale pour le changement, qui plaide pour des réformes démocratiques et sociales et soutient les manifestations.

M. ElBaradei est la plus connue des personnalités d’opposition à soutenir publiquement le mouvement de protestation.