En Nouvelle-Zélande, où des rivières sont sorties de leur lit, la pluie est venue gâcher les célébrations, dont certaines ont dû être annulées dans le nord-ouest.

Au Japon, qui vient de passer le cap, les familles profitent traditionnellement de la fin de l’année pour se rendre dans les temples, et pour beaucoup les célébrations seront endeuillées par le souvenir du séisme, du tsunami et de l’accident de Fukushima.

Les célébrations étaient aussi assombries aux Philippines, où la tempête tropicale Washi a fait plus de 1250 morts ce mois-ci.

Au Moyen-Orient, Dubaï ouvrait la nouvelle année par un feu d’artifice géant illuminant Burj Dubai, la plus haute tour du monde (828 mètres), un spectacle annoncé comme plus grandiose que celui de l’an dernier.

Les festivités en Europe doivent commencer en Russie, avec un feu d’artifice sur la place Rouge à Moscou mais aussi un spectacle rétro avec musique des années 1970-1990, retransmis sur écran géant. Mais Moscou était devancée de huit heures par les régions de l’Extrême-Orient russe, la Tchoukotka, le Kamtchatka et Magadan, qui ont célébré le passage à 2012 à 13h00 (heure suisse).

En France, soixante mille policiers, gendarmes, pompiers et secouristes sont mobilisés samedi pour le réveillon. Le nombre de voitures incendiées ne sera pas communiqué, a déclaré pour sa part le ministre français de l’Intérieur, Claude Guéant.