«Pierre, agriculteur à la retraite, vit avec 284 euros par mois. Hélas pour lui, Pierre n’est pas migrant». Si c’était le cas, il pourrait «recevoir de l’Etat une allocation mensuelle de 330 euros». Les nouveaux visuels du Front national (FN) divulguent un message choc. Et jouent sur les chiffres. Depuis le 3 novembre, ces tracts opposent différentes populations précarisées – étudiants, mal-logés, paysans – aux migrants. En affirmant que ces derniers bénéficient d’une situation financière bien plus confortable que les citoyens français. Problème, pointe Le Monde, «cette campagne de communication se base sur des exemples déformés, voire complètement malhonnêtes». Les «privilèges» dénoncés par le FN sont fondés sur «des arguments trompeurs et erronés». 

Estampillés du logo «Les Jeunes avec Marine», les visuels se calquent sur la ligne du parti d'extrême droite. Autrement dit, la France d’abord, les autres ensuite. Rhétorique misérabiliste, fond sombre et témoin pris en photo de dos: tout est fait pour instiller un sentiment d’injustice chez le spectateur. «Nos agriculteurs sont désespérés, criblés de dettes, sans revenus décents. Mais nos dirigeants sont au chevet des migrants… #AuNomDuPeuple», clame le maire de Fréjus, David Rachline, sur Twitter.

Si aucun détail n’est donné sur «Pierre l’agriculteur retraité», son cas est irréaliste, décrypte Le Monde. «Toute personne de nationalité française de plus de 65 ans qui réside dans le pays peut en effet bénéficier au minimum de l’Allocation de solidarité aux personnes âgées, qui représente 801 euros par mois pour une personne seule sans revenus.» Quand aux 330 euros mensuels, ils ne sont versés qu’aux requérants d’asile ne disposant pas d’une place d’hébergement. «Le montant est de 204 euros avec hébergement.»

Simplification erronée

Sur la situation de Sandra, qui «dort dans sa voiture avec son fils depuis trois mois», Le FN prend là encore des aises avec la réalité. Il occulte notamment «les différents dispositifs d’hébergement d’urgence, de transition, puis de réinsertion» existants, précise le quotidien, sans toutefois nier le problème des sans-abri en France. Il est également faux de dire «les logements sociaux sont saturés par l’immigration incontrôlée» comme le prétend l'affiche. Pourquoi? Premièrement, les migrants en situation irrégulière ou en cours de régularisation n’y ont pas accès. Deuxièmement, les nouveaux arrivants en France en situation régulière n’étaient que 26% à occuper un logement social en 2010. Le Monde rappelle encore «qu’un peu plus d’une personne sans domicile sur deux (53%) est de nationalité étrangère, alors que les étrangers ne représentent que 6,4% de la population».

«Olympiades de l’intox»

Sur Twitter, la mise au point convainc une majorité d’internautes, même si des résistances persistent. «Aux Olympiades de l’intox, le Monde prend la première place sur le podium. Et en voici une nouvelle illustration…» dénonce @JeanMessiha. «Le Monde a vérifié vos affiches mensongères, vous pouvez donc les rectifier avec les bons chiffres», renchérit @pier2kan.

«Pourquoi c’est trompeur» est un message codé pour «pourquoi ils ont raison mais on va nier l’évidence», rétorque @LHLPS. Quoi qu’il en soit, @RastSylvain estime que le mal est déjà fait. «Ils s’en fichent des bons chiffres. Le message immonde est passé, qu’importe pour eux la vérité. Abject.»