Asie

Avec la mort du roi Bhumibol, la figure unificatrice de Thaïlande disparaît

Bhumibol Adulyadej est décédé à l’âge de 88 ans après un règne exceptionnel de 70 ans. L’ancien étudiant de Lausanne a restauré une monarchie moribonde sans toujours pouvoir se maintenir au-dessus de la mêlée politique

La Thaïlande est sous le choc après l’annonce officielle jeudi du décès du roi Bhumibol Adulyadej, âgé de 88 ans et dont la santé s’était fortement aggravée depuis la semaine dernière. Des bulletins de santé alarmants ces derniers jours avaient poussé des milliers de Thaïlandais à se rendre dans les temples bouddhistes de la capitale pour chanter des prières pour le rétablissement du roi et provoqué une forte chute de la bourse de Bangkok.

Lire aussi notre éditorial: L’héritage très politique du roi «suisse» Bhumipol

La mort du roi Bhumibol, qui était monté sur le trône en juin 1946 après avoir passé son enfance et effectué ses études à Lausanne, met un terme à un règne qui a été à la fois le plus long et le plus prestigieux de l’histoire du pays. Le pays, dont la grande majorité de la population est née sous ce règne, se sent orphelin et désorienté. «Le roi pour les Thaïlandais représente le bien absolu, mais aussi la stabilité. Une fois qu’il disparaît physiquement, les Thaïlandais perdent leurs repères, un peu comme s’ils flottaient dans l’espace. Ils ne savent pas ce qui va se passer», confie un universitaire thaïlandais sous couvert d’anonymat.

«Seigneur du territoire et de la vie»

L’image que la Thaïlande aurait voulu laisser au monde de son monarque est sans doute celle du jubilé des soixante ans du règne, qui en a marqué l’apogée en juin 2006. Le roi Bhumibol était alors apparu au balcon de la salle du trône, vêtu d’un lourd manteau d’or, aux côtés de la reine Sirikit. Lentement, il avait levé la main pour saluer son peuple et avait esquissé un léger sourire. Face à lui, une foule de plusieurs centaines de milliers de personnes brandissait des portraits à son effigie et criait «Longue vie au roi». L’émotion était telle que beaucoup de participants, vêtus de tenues jaunes – la «couleur du roi» –, ne pouvaient s’empêcher de pleurer. Et les observateurs étrangers étaient alors bien obligés de constater l’amour unanime, inconditionnel de tout un peuple pour un monarque quasi divinisé, à la fois incarnation de Bouddha sur terre et «seigneur du territoire et de la vie» dans la tradition hindouiste.

Mais entre le jubilé d’or de 2006 et 2016, le chaos qui a prévalu dans le monde politique thaïlandais a abouti à une érosion du prestige de la famille royale. L’image de Bhumibol a été utilisée sans vergogne par les Chemises jaunes, les opposants au populaire premier ministre Thaksin Shinawatra qui a dirigé le pays de 2001 jusqu’au coup d’Etat de 2006. Le roi a entériné ce coup d’Etat ainsi que le putsch du 22 mai 2014 qui a éjecté un autre gouvernement pro-Thaksin.

Cette politisation, plus ou moins à son corps défendant, du monarque a brisé une certaine magie. Bhumibol n’est plus apparu comme le ferment national de l’ensemble du peuple thaïlandais, mais simplement comme l’idole adulée d’une partie, majoritaire sans aucun doute, de la population. Les Chemises rouges, ou partisans de Thaksin, ont eu l’impression que le monarque les avait abandonnés, surtout après qu’il a laissé les militaires tirer dans la foule des manifestants pro-Thaksin en avril-mai 2010 sans intervenir.

Les années lausannoises

Une tragédie, sans nul doute, pour ce monarque dont le règne, le plus long de l’histoire de la Thaïlande, a aussi été l’un des plus prestigieux. Durant des décennies, il avait été le principal facteur d’unité dans un pays, où une pesante structuration hiérarchique exacerbait les inégalités sociales. Il incarnait le lien entre tous les Thaïlandais quelle que soit leur classe sociale, le miroir dans lequel chacun pouvait se reconnaître comme faisant partie d’un tout. «Le sentiment qu’éprouvent les Thaïlandais pour le roi est quelque chose que les étrangers ne peuvent pas complètement comprendre», disait alors l’ancien premier ministre Anand Panyarachun. En tous les cas, sa disparition risque de laisser un vide que son successeur, le prince Vajiralongkorn, pourrait avoir du mal à remplir.

Quand Bhumibol Adulyadej naît à Boston en 1927, personne, pas même ses parents, n’imagine le destin exceptionnel qui l’attend. Quand Ananda Mahidol, son frère, devient roi en 1934, après l’abdication de son oncle, les deux enfants vivent à Lausanne avec leur mère et leur grande sœur. Ils sont inséparables. Des photos les montrent aux sports d’hivers, bras dessus bras dessous, leur manteau maculé de neige. C’est le temps de l’insouciance, mais aussi des études à l’Ecole nouvelle de Lausanne. Le jeune Bhumibol se passionne pour les sciences, la musique. La carrière d’ingénieur le tente. En 1946, la famille rentre en Thaïlande pour la cérémonie de couronnement d’Ananda. Celui-ci est accueilli avec soulagement par les Thaïlandais, mais la monarchie a connu une longue éclipse et son prestige est amoindri.

La restauration royale

Le palais Chitrlada, où réside la famille royale à Bangkok, est à l’abandon. Tout est à reconstruire. Ananda ne règne que quelques mois. Un matin de juin 1946, il est retrouvé mort, dans son lit, d’une balle dans la tête. Que s’est-il passé? On ne le saura jamais, même si deux valets de chambre sont exécutés lors d’un procès hâtif. Le jeune Bhumibol, traumatisé, ne cesse de pleurer en suivant le cortège funéraire de son frère. C’est à lui maintenant d’assurer la continuité de la dynastie Chakri, sous le nom de Rama IX. La Thaïlande de l’après-guerre est alors dominée par un des généraux qui avait aboli la monarchie absolue en 1932: le maréchal Phibul Songkhram, un antimonarchiste qui avait collaboré avec l’armée impériale japonaise pendant le conflit.

Patiemment, Bhumibol fait son apprentissage de souverain. Il commence par passer plusieurs mois sous la robe des bonzes et perfectionne son thaï, une langue qu’il maîtrise alors moins bien que le français. Il se garde de se mêler des affaires de l’Etat, mais signifie parfois son déplaisir au gouvernement par des gestes codés, comme son refus de venir à une cérémonie ou sa tenue vestimentaire. C’est sous le dictateur suivant, le maréchal Sarit Thanarat, que l’influence du jeune monarque commence à s’affirmer. Sarit estime qu’il est de son intérêt, à une époque où les forces communistes s’agitent dans toute l’Asie du Sud-Est, de rétablir la figure traditionnelle du roi comme père de la nation. Des relations cordiales s’établissent entre le dictateur et le Palais, qui est honoré par le gouvernement et, au moins en apparence, régulièrement consulté sur les affaires du pays.

Protecteur des étudiants

Considéré jusque-là comme un monarque oisif, porté sur les sports nautiques et le jazz, Bhumibol entreprend de réhabiliter le prestige de la monarchie. Des rituels anciens, oubliés depuis des décennies, sont réintroduits, comme la cérémonie du sillon sacré qui doit annoncer l’abondance de la récolte à venir. Le patronage royal de certaines pagodes confère aussi une aura bouddhique au souverain, qui lance de multiples projets royaux: aide aux minorités montagnardes du Nord pour leur fournir une activité alternative à la culture de l’opium, construction de barrages et de réseaux d’irrigation pour stimuler l’agriculture. Au grand désarroi de la reine Sirikit, les jardins du palais Chitrlada sont transformés en ferme expérimentale.

Ce sont toutefois ses rares interventions, toujours en temps de crise majeure, qui le consacrent comme un monarque d’exception auprès de ses sujets. En octobre 1973 d’abord, quand il accueille dans les jardins du Palais les étudiants pourchassés par les militaires du dictateur Thanom Kittikachorn. Après un massacre le 14 octobre, le roi somme ce dernier de quitter le pays, affirmant son rôle d’arbitre suprême de la sphère politique. Il convoque des états généraux pour donner une assise démocratique plus ferme à son pays. Mais dans les années qui suivent, la montée du communisme en Indochine semble tiédir cette ardeur démocratique. Il se gardera d’intervenir lors du massacre des étudiants par des groupuscules d’extrême droite dans l’université Thammassat de Bangkok en octobre 1976 et semblera, par la suite, préférer des régimes de «semi-démocratie» comme ceux qu’a connus la Thaïlande dans les années 1980.

L’épuisement

Dans les premières années du nouveau millénaire, fortement perturbées par la lutte entre les partisans et les détracteurs du premier ministre Thaksin Shinawatra, Bhumibol tente de rester neutre, même s’il ne cache pas son agacement devant Thaksin, chef de gouvernement reconverti en milliardaire au style flamboyant et énergique. Les chemises jaunes, ennemis de Thaksin, exploitent l’image du roi pour affaiblir le premier ministre qu’elles accusent de manquer de loyauté à la monarchie. Profondément affecté par ces divisions et soucieux de ne pas se montrer partisan, le roi se tient le plus souvent silencieux, avant que sa santé déclinante, à partir de 2011, rende ses apparitions publiques de plus en plus rares. Mais cette profonde crise de transition entame son aura.

La disparition de la seule figure unificatrice du pays ne peut qu’aggraver les tensions politiques dans un pays en quête de nouveaux repères, mais elle risque aussi de provoquer une profonde crise d’identité. La succession sera d’autant plus rude pour le prince héritier. «Le système existant a été tellement façonné par Bhumibol qu’il est difficile d’imaginer que cette sorte d’ethos puisse être reproduite par le monarque suivant. Même un jeune Bhumibol aurait des problèmes pour cela», considère David Streckfuss, spécialiste des monarchies.

Publicité