Moscou interpellé après le vote séparatiste pro-russe

Ukraine Kiev va revoir ses engagements

Les Européens ont mis en garde lundi la Russie contre les atteintes à l’unité de l’Ukraine, au lendemain d’élections séparatistes dans l’est pro-russe. Face à l’enthousiasme russe après les élections séparatistes, Berlin a appelé Moscou à respecter «l’unité de l’Ukraine», n’excluant pas de nouvelles sanctions européennes contre la Russie, déjà lourdement frappée. «Ces soi-disant élections […] ne peuvent avoir une validité juridique» et «aggravent la crise», a déclaré le porte-parole du gouvernement allemand, faisant écho aux déclarations de l’Union européenne qui a dénoncé un «nouvel obstacle» sur la voie d’un règlement pacifique.

La Russie a dit qu’elle «respectait» le choix du peuple et appelé lundi l’Ukraine à «renoncer aux opérations militaires» dans l’est, estimant que les dirigeants rebelles élus avaient désormais la légitimité nécessaire pour dialoguer avec les autorités ukrainiennes.

Les élections controversées dans les territoires contrôlés par les combattants pro-russes – soit la moitié de la région de Donetsk et une petite partie de la région de Lougansk – ont confirmé dans leurs fonctions les chefs rebelles désignés en août. Le «premier ministre» de la République autoproclamée de Donetsk (DNR), Alexandre Zakhartchenko, 38 ans, a été élu «président» avec 77,51% des voix. A Lougansk, l’ex-militaire de 50 ans Igor Plotnitski, très attaché au passé soviétique, a obtenu plus de 63% des suffrages.

Accord «violé»

Le président ukrainien, Petro Porochenko, a indiqué que l’Ukraine allait revoir ses engagements prévus par le plan de paix pour l’est rebelle, qui a été «grossièrement violé» par le déroulement dimanche des élections séparatistes.

Par ailleurs, la Suisse a annoncé à Vienne qu’elle allait débloquer 600 000 francs supplémentaires pour la mission d’observation de l’OSCE en Ukraine.