Le géant gazier russe Gazprom a salué vendredi le «compromis» atteint la veille à Bruxelles entre l’Ukraine, l’UE et la Russie sur la livraison de gaz russe à Kiev, rappelant qu’il s’agissait aussi d’un «message clair» sur l’obligation de payer les dettes des Ukrainiens.

«C’est un compromis et Gazprom a montré assez de flexibilité pour rendre cet accord possible. Gazprom est et sera toujours un fournisseur de gaz fiable pour l’Europe», a assuré dans un communiqué le porte-parole du géant du gaz russe, Sergueï Kouprianov.

«L’accord envoie aussi le message clair que les contrats signés doivent être respectés et les obligations de paiement satisfaites», a-t-il continué. «C’est, avec un peu de chance, le début d’un nouveau chapitre plus constructif des relations gazières entre l’UE, la Russie et l’Ukraine.»

Les accords portent sur l’apurement des impayés de l’Ukraine, et sur les modalités de paiement des livraisons jusqu’en mars 2015. Le règlement d’une dette de 3,1 milliards de dollars se fera en deux tranches, une première de 1,45 milliard de dollars immédiatement, l’autre de 1,65 milliard d’ici à la fin de l’année.

«Le paiement partiel de la dette de l’Ukraine est la première condition à la reprise des livraisons du gaz», a insisté le PDG de Gazprom, Alexeï Miller, dans une interview vendredi à la chaîne de télévision russe Rossiya 24.

Les Russes évaluent le total des arriérés à 5,3 milliards de dollars, mais acceptent de s’en remettre à une cour d’arbitrage pour les quelque 2,2 milliards restants.