La foule scande «Poutine – voleur!», «Non au pouvoir des KGBistes!», «Ensemble, nous sommes forts!» Un cortège de plusieurs centaines de jeunes entre 16 et 30 ans s’égosille à travers les rues de Moscou, tentant d’échapper aux barrages de la police. Le cortège s’effiloche jusqu’à 21h, après des arrestations de plus en plus violentes. Surtout, il répète une exigence: «Dopouskaï!», dont une traduction approximative serait «Autorisez!» C’est-à-dire autoriser les candidats d’opposition à participer aux élections du parlement moscovite le 8 septembre prochain. La commission électorale de Moscou a bloqué, au cours des dernières semaines, 30 candidats d’opposition sous des motifs si visiblement fallacieux qu’ils sont parvenus à exaspérer des Moscovites, d’ordinaire parfaitement indifférents à ce scrutin régional qui n’avait jamais suscité la moindre fièvre électorale jusque-là.