C’est sans doute une coïncidence. Quatre jours après l’entrée en vigueur historique du premier Traité de l’ONU sur l’interdiction des armes nucléaires, les deux principales puissances atomiques de la planète ont réussi à s’entendre pour s’éloigner du précipice. Vladimir Poutine et Joe Biden se sont parlé pour la première fois mardi par téléphone et se sont entendu pour prolonger de cinq ans le nouveau Traité Start de réduction des armes stratégiques conclu en février 2010 à Genève et signé en avril de la même année à Prague par les présidents Barack Obama et Dmitri Medvedev.

Lire aussi l'analyse: Vladimir Poutine et la «lutte de tous contre tous»