Publicité

Le Conseil de sécurité de l’ONU dénonce les colonies israéliennes et provoque la colère d’Israël

«La poursuite des activités de colonisation d’Israël met en péril la viabilité de la solution à deux Etats», estime le Conseil de sécurité dans une déclaration non-contraignante approuvée par ses 15 membres, dont fait partie la Suisse

Séance du Conseil de sécurité de l'ONU, le 20 février 2023. — © MICHAEL M. SANTIAGO/Getty Images via AFP
Séance du Conseil de sécurité de l'ONU, le 20 février 2023. — © MICHAEL M. SANTIAGO/Getty Images via AFP

Le Conseil de sécurité de l’ONU a dénoncé lundi pour la première fois depuis six ans les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens, dans une déclaration moins forte qu’envisagée qui a provoqué la colère d’Israël. «La poursuite des activités de colonisation d’Israël met en péril la viabilité de la solution à deux Etats», estime le Conseil dans cette déclaration de la présidence, approuvée par consensus par ses 15 membres mais qui n’a pas la portée contraignante de la résolution envisagée la semaine dernière qui mécontentait les Américains.

Le Conseil «s’oppose fermement à toutes les mesures unilatérales entravant la paix, y compris, entre autres, la construction et l’expansion de colonies israéliennes, la confiscation des terres de Palestiniens, et la «légalisation» de colonies, la démolition de logements palestiniens et le déplacement de civils palestiniens». Et il «exprime sa profonde inquiétude et sa consternation» au sujet de l’annonce israélienne du 12 février concernant la légalisation de neuf colonies et la construction de nouveaux logements dans les colonies existantes. La Suisse, qui fait partie des membres tournant du Conseil de sécurité, a de fait accepté le texte.

«Les Etats-Unis n’auraient jamais dû se rallier à ce texte»

Le bureau du Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a dénoncé une déclaration «unilatérale niant le droit des Juifs à vivre dans leur patrie historique, ignorant les attentats terroristes palestiniens à Jérusalem au cours desquels 10 citoyens israéliens ont été assassinés» ces dernières semaines. «Les Etats-Unis n’auraient jamais dû se rallier à ce texte», a-t-il ajouté.

Après l’annonce sur les neuf colonies, les Emirats arabes unis avaient préparé la semaine dernière un projet de résolution du Conseil de sécurité. Il visait notamment à ce que le Conseil «condamne toutes les tentatives d’annexion, y compris les décisions et mesures d’Israël concernant les colonies» et appelait «à leur retrait immédiat». Un terme de «condamnation» qui n’est pas dans la déclaration publiée lundi.

Lire aussi: Le gouvernement israélien va légaliser neuf colonies en Cisjordanie

L’initiative avait provoqué le mécontentement des Etats-Unis qui ont le droit de veto au Conseil. Le département d’Etat avait dénoncé une résolution «peu utile au regard du soutien nécessaire aux négociations sur la solution des deux Etats», tout en dénonçant l’annonce israélienne sur les neuf colonies.

Le projet de résolution a été retiré après des discussions notamment entre Palestiniens et Américains, a indiqué une source diplomatique. «Les Emirats ont travaillé dur avec différentes parties, avec les Palestiniens et d’autres, avec les Etats-Unis qui ont fait un immense travail diplomatique, pour parvenir à l’unité» du Conseil, a commenté leur ambassadrice Lana Zaki Nusseibeh.

Une première décision depuis 2016

C’est «la première décision (du Conseil) sur ce dossier depuis plus de six ans», a-t-elle souligné. Depuis une résolution de décembre 2016, où pour la première fois depuis 1979, le Conseil de sécurité avait demandé à Israël de cesser la colonisation dans les territoires palestiniens.

A quelques semaines de la fin du mandat de Barack Obama, cette adoption avait été permise par la décision des Etats-Unis de ne pas utiliser leur droit de veto, alors qu’ils avaient toujours soutenu Israël jusqu’alors sur ce dossier sensible et qu’ils ont continué ensuite. Bien qu'«utile», «la déclaration d’aujourd’hui, édulcorée sous la pression des Etats-Unis et d’Israël, est loin d’être une retentissante condamnation que la grave situation mérite», a regretté Louis Charbonneau, de Human Rights Watch.

Interrogé sur son éventuelle déception, l’ambassadeur palestinien à l’ONU Riyad Mansour a souligné que l’important était d’avoir une «position unie» du Conseil. «Isoler une partie est un pas dans la bonne direction», a-t-il déclaré à la presse. «Ce message doit être transmis et traduit en un plan d’action avec un calendrier pour des efforts de l’ONU et de ses Etats membres pour nous mettre sur un chemin différent vers la liberté, la justice et la paix», a-t-il déclaré au Conseil, alors qu’aujourd’hui «nous approchons rapidement d’un point de rupture».

L’ambassadeur israélien à l’ONU Gilad Erdan a de son côté accusé les Palestiniens d'«empoisonner les esprits de générations» par des «campagnes de propagande qui rendraient très fiers Goebbels et Hitler». «La culture de la haine et de la terreur des Palestiniens est réelle. Comment ce Conseil peut-il justifier de l’ignorer?», a-t-il lancé.

La déclaration du Conseil condamne «tous les actes de violence contre des civils» et appelle «toutes les parties à (…) s’abstenir d’incitation à la violence». Il s’inquiète également des «discours de haine» motivés notamment par «l’islamophobie, l’antisémitisme et l’antichristianisme».