On connaît le goût d’Emmanuel Macron pour le risque, au sens propre. Au lendemain du premier tour, le président français l’a confirmé en optant pour Denain, l’une des villes les plus désindustrialisées et les plus pauvres de l’hexagone. Denain, 20 000 habitants, où le chômage frappe 13% de la population active, mais dont la maire Anne-Lise Dufour est une élue socialiste, victorieuse en 2020 contre le Rassemblement national. Denain, proche de Valenciennes, la grande ville de la région dont l’ex-maire Jean-Louis Borloo, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, est régulièrement consulté par le chef de l’Etat.