Muhammadu Buhari a été réélu président du Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec ses 190 millions d'habitants avec 56% de voix, selon les résultats communiqués par la commission électorale (INEC) dans la nuit de mardi à mercredi.

L'annonce officielle de sa victoire n'avait pas encore été faite par l'INEC, mais en comptabilisant les résultats de 36 Etats du pays ainsi que de la capitale fédérale Abuja le président sortant menait avec une avance de près de 4 millions de voix par rapport à son principal rival, Atiku Abubakar (41%).

Lire aussi:  Les Nigérians élisent leur prochain président

Quelques centaines de personnes s'étaient rassemblées dans le quartier général du parti au pouvoir, le Congrès des Progressistes (APC) à Abuja, pour sabrer le champagne au son de l'afropop. Toutefois, vu l'heure tardive de l'annonce, il y avait peu de ferveur ou célébration populaire dans le pays, même à Kano, l'un de ses fiefs, où ses partisans étaient sortis en masse en 2015 pour célébrer sa première victoire.

Buhari accusé de faire une chasse aux sorcières contre ses opposants 

Depuis lundi, au fur et à mesure que l'INEC annonçait les résultats, Etat par Etat, parti par parti, le suspense se réduisait, dans cette course qui s'annonçait pourtant serrée entre le président sortant et le candidat du Parti Populaire Démocratique (PDP).

Atiku Abubakar, riche homme d'affaires et ancien vice-président du Nigeria entre 1999 et 2007, a la réputation d'être l'un des hommes politiques les plus corrompus du pays. Quant à Muhammadu Buhari, ancien général qui avait déjà dirigé le pays en 1983 pendant les dictatures militaires, il s'est engagé à mener une lutte féroce contre la corruption, le «cancer» qui ronge le premier producteur de pétrole d'Afrique.

Après un premier bilan très mitigé et critiqué sur les questions économiques et sécuritaires, Muhammadu Buhari gardait une large avance dans ses bastions où il dépassait les 70%, mais a perdu près de 435 000 voix dans l'immense ville de Kano (nord), l'un de ses fiefs. Ses détracteurs l'accusent également de mener une chasse aux sorcières contre ses opposants sous couvert de lutte anti-corruption.

Lire aussi:  Le président Muhammadu Buhari, espoir déçu des Nigérians

Atiku Abubakar n'a, de son côté, pas réussi à faire l'unanimité dans la région yorouba du sud-ouest, où le parti au pouvoir a gardé la majorité des votes, ou dans le sud-est igbo, malgré le choix de Peter Obi, ancien gouverneur de l'Etat d'Anambra, comme vice-président.

Des accusations de fraude et une faible participation

L'opposition a dénoncé des fraudes massives du parti au pouvoir pour maintenir Muhammadu Buhari à la tête du pays, et avait demandé l'interruption des résultats mardi soir. Toutefois, cette demande ne peut se faire que par voie de justice.

«Situation Room appelle les partis politiques et les candidats qui ont des griefs avec le processus électoral à utiliser les recours légaux pour le faire», a annoncé le groupe de surveillance de la société civile dans un communiqué, après avoir dénoncé des manquements graves dans l'organisation du scrutin.

Retards à l'ouverture des bureaux de vote, intimidations d'électeurs, destruction de matériel électoral: la société civile et les observateurs ont dénoncé de nombreuses irrégularités et recensé au moins 53 morts dans des violences électorales.

Lire aussi:  Le Nigeria intéresse les entreprises suisses

La mobilisation des électeurs nigérians a été faible lors de ce scrutin, avec un taux de participation d'environ 40%. L'affluence a ainsi reculé dans quasiment tous les Etats du pays, notamment dans le sud-est. Dans l'Etat d'Abia par exemple, où les mouvements séparatistes pro-Biafra ont une forte assise populaire, le taux de participation n'a été que de 18%. Les observateurs s'inquiètent de cette «faible mobilisation» qui «pourrait affecter la crédibilité du vainqueur de cette élection», déjà entachée par des accusations de fraudes. «Cela aura un impact négatif sur le prochain gouvernement», explique l'un d'eux à l'AFP.

«La raison principale pour laquelle les électeurs ne se déplacent pas, c'est qu'ils ne sentent pas la présence de l'Etat dans leur vie quotidienne», explique à l'Agence France Presse (AFP) Nana Nwachukwu, activiste pour la campagne Not Too Young Too Run (Pas trop jeune pour s'engager en politique). «L'apathie générale est due au fait que les Nigérians ne peuvent pas compter sur leur gouvernement.»