Frais non déclarés et dépassement du plafond autorisé aux municipales de Barcelone de 2019: le Tribunal des comptes (équivalent de la Cour des comptes en France) a épinglé l'ancien premier ministre français Manuel Valls. Elle lui a infligé une amende de 276 698 euros pour irrégularités dans les dépenses de campagne.

Selon un document ajouté lundi par le Tribunal des comptes, «Barcelona pel Canvi-Ciudadanos» (Barcelone pour le changement), l'ex-groupe politique de Manuel Valls au sein du conseil municipal, a écopé d'une amende de 251 698 euros à laquelle s'ajoute une peine de 25 000 euros pour dépassement du plafond de la limite maximale de dépenses en publicité extérieure.

A ce sujet: Manuel Valls, un pavé français à Barcelone

En mai 2019, Manuel Valls était arrivé quatrième aux municipales dans sa ville natale avec le soutien du parti libéral anti-indépendantiste Ciudadanos, après l'échec de ses ambitions présidentielles en 2017 en France.

Frais non déclarés et dépassement du plafond autorisé

Le Tribunal des comptes avait relevé dans un rapport, en mars 2021, des dépenses de campagne non déclarées d'une valeur totale de 189 497 euros. Ces fonds provenaient, pour leur plus grande partie, de l'«Association Barcelona Capital Europea», la plateforme sur laquelle Manuel Valls avait présenté sa candidature avant de former une coalition avec des indépendants et des membres de Ciudadanos. Utilisé au profit de la campagne électorale, cet argent aurait dû provenir de la coalition et non de l'association, considérée comme «une tierce personne», soulignait le rapport.

Par ailleurs, le Tribunal des comptes avait aussi observé un dépassement du plafond limite autorisé de dépenses, avec 126 819 euros de plus que le montant autorisé, soit un excès de 71,15%.

Lire encore: Manuel Valls: «Oui, j’aurais pu être Suisse»

En juin, Manuel Valls, investi par la majorité présidentielle pour représenter les Français de l'étranger notamment en Espagne et au Portugal, avait été éliminé dès le premier tour des législatives, un nouveau fiasco pour l'ex-premier ministre qui s'est depuis fait discret.