La Chambre des représentants puis le Sénat américains ont décidé vendredi soir d'ajourner leur séance au lendemain sans voter le prolongement du financement des agences fédérales. Samedi à 00h01, les Etats-Unis sont donc entrés en période de "shutdown".

Malgré d'ultimes tractations, les deux chambres du Congrès et la Maison Blanche ne sont pas parvenus vendredi soir à sortir de l'impasse dans laquelle ils se trouvent. Or sans accord de financement, certaines administrations devraient dans les prochains jours réduire leurs activités. Et du fait de cette fermeture partielle, des centaines de milliers de fonctionnaires pourraient être placés en congé sans solde ou être forcés de travailler sans être payés, à quelques jours de Noël.

Lire aussi: Donald Trump, un président isolé et reclus 

Mur de la discorde

Le financement d'un mur à la frontière avec le Mexique bloque les négociations. Donald Trump exige que le texte prévoie dans le budget cinq milliards de dollars pour la construction de ce mur, l'un de ses principales promesses de campagne. Ou, à défaut, qu'un montant substantiel soit consacré à la sécurité aux frontières. Le Sénat a lui rejeté le projet de loi prévoyant cette manne, précédemment approuvée par la Chambre basse.

Lire aussi: Donald Trump pris au piège de son mur avec le Mexique 

A la suite de l'annonce de la suspension de séance, le milliardaire a reporté son départ prévu vendredi après-midi pour ses vacances de fin d'année à Mar-a-Lago, en Floride. «J'ai annulé mon voyage à bord d'Air Force One en Floride pendant que nous attendons de voir si les démocrates nous aideront à protéger la Frontière Sud de l'Amérique», a-t-il tweeté.

Bras de fer 

En réponse, les démocrates ont blâmé Donald Trump pour avoir insisté à obtenir les fonds pour la construction du mur à la frontière mexicaine, après qu'un texte bipartisan garantissant le financement de l'administration fédérale jusqu'au 8 février avait été adopté en urgence mercredi par le Sénat. Ce texte ne prévoyait pas les 5 milliards de dollars réclamés par Trump pour le mur.

«Vous n'aurez pas le mur aujourd'hui, ni la semaine prochaine, ni le 3 janvier, quand les démocrates prendront le contrôle de la Chambre», a déclaré au Sénat le chef de file des démocrates, Chuck Schumer.

Les républicains disposent de la majorité au Sénat, mais le soutien de 60 des 100 sénateurs est nécessaire pour une adoption, ce qui implique que plusieurs élus démocrates doivent voter pour. Le Congrès a jusqu'à présent résisté aux pressions de Donald Trump concernant ce mur. La Chambre des représentants et le Sénat devraient reprendre leurs travaux samedi à midi (18h00 en Suisse).