Tous les matins, au saut du lit, il allume son téléphone. Et, par un réflexe dont il a du mal à se passer, il vérifie le taux de connectivité dans son pays. Avant toute chose, même un café. En Ukraine, Mykhailo Fedorov n’a qu’un but, celui que son pays devienne le «plus digital du monde». Alors, un matin, lorsque Mykhailo Fedorov a vu que 98% des zones libérées au nord de Kiev avaient retrouvé une connexion, il s’est dit qu’il était «sur le bon chemin».