Francesco Gullino, 75 ans, était un antiquaire italo-danois a priori sans histoires. Il a été découvert dimanche 15 août, étalé sur le sol de son domicile à Wels, petite ville située en Haute-Autriche, par un ami inquiet de son silence au téléphone depuis plusieurs jours. Selon la police autrichienne, il ne s’agit pas d’une mort violente. Une précision importante, car cet homme avait probablement une vie plus mouvementée que celle d’un simple marchand d’art. Pour beaucoup à Sofia, il reste le principal suspect de l’affaire dite du «parapluie bulgare» – à savoir l’assassinat, en 1978 à Londres, de l’écrivain dissident Guéorgui Markov attribué à la Darjavna Sigournost (Sécurité d’Etat, DS), les redoutables services secrets de la Bulgarie communiste.