Lundi, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé a tiré la sonnette d’alarme face à l’émergence d’un nationalisme des vaccins. A l’heure où la planète recense plus de 22 millions de personnes infectées par le Covid-19 et plus de 788 000 morts dus au coronavirus, Tedros Adhanom Ghebreyesus le répète sans cesse: «Partager de façon stratégique et globale des stocks limités est dans l’intérêt national de tout pays.»

Lire aussi l'opinion: Vaccin versus instinct